Olivier Véran proche du burn-out pendant la crise du Covid : “On est humains”

À l’occasion de la sortie de son livre Par-delà les vagues (Robert Laffont), Olivier Véran était l’invité de l’émission Les Grandes Gueules, ce lundi 12 septembre sur RMC Story. Alors qu’il gérait la pandémie de Covid-19, l’ancien Ministre de la santé a senti les premiers symptômes du burn-out apparaître, comme il l’a confié au micro d’Olivier Truchot.

Une crise sanitaire qui n’a pas été sans conséquence. Alors qu’il était Ministre de la Santé, Olivier Véran s’est retrouvé au cœur de la gestion de la pandémie de Covid-19. Une page de sa carrière politique sur laquelle l’actuel ministre délégué chargé du Renouveau démocratique s’est confié dans son livre Par-delà des vagues, paru aux éditions Robert Laffont. Si cette période a impacté la vie des millions de Français, il en est de même pour l’homme politique de 42 ans. Invité sur le plateau des Grandes Gueules sur RMC Story, ce lundi 12 septembre, Olivier Véran est revenu sur ce chapitre où il avoue avoir frôlé le burn-out. « On était au printemps de la première vague où tout était intense et tout allait très vite. Je ne mangeais pas, je ne dormais. Normal. Et je ne m’en plains pas. Encore une fois, je l’avais choisi. », a-t-il avoué au micro d’Olivier Truchot. Et d’ajouter : « Ça n’empêche pas de sentir de la fatigue et du stress. Et qu’à un moment donné on peut vite se laisser vite emporter et dépasser par le stress. »

Les signes de la dépression ne lui étant pas inconnus, le porte-parole du gouvernement « a très vite vu les symptômes apparaître. » « Je me suis dit que ça montrait aussi le côté humain de la chose », a-t-il confié au micro d’Olivier Truchot. Avant d’en dévoiler les détails : « Je me suis assis. Il se trouvait que j’étais dehors entre un Conseil de défense et un Conseil des ministres. Je me suis assis, j’ai analysé les choses. J’ai vu les vertiges, la nausée qui montait et cette incapacité psychologique à me dire que j’allais rentrer dans une salle pour travailler. » Une « cote d’alerte » qui a été une véritable prise de conscience pour le neurologue, alors isolé dans une chambre au Ministre. « Il faut bien comprendre qu’on est humains. Peut-être que le politique ne le montre pas suffisamment parfois qu’il est humain. », a-t-il déclaré sans filtre. Et de conclure : « Et le côté humain, c’est de se dire : ‘quand le stress se fait très fort, il faut qu’on soit capable de bouger les choses’. » Dès lors, Olivier Véran s’est mis à la médiation et à travailler sur lui-même pour « être fonctionnel ».

PHOTOS – Olivier Véran : les membres de sa galaxie en quelques images

Olivier Véran : son mea culpa au sujet des masques

Avant d’être à l’antenne de RMC Story, Olivier Véran était l’invité de la matinale de France Inter. Au micro de Nicolas Demorand, l’ex-Ministre de la Santé a reconnu avoir commis des erreurs durant la crise sanitaire. Et notamment au sujet du port du masque au début de la pandémie. « La science, parfois elle se plante. C’est tout l’inverse de la magie. En suivant des recommandations scientifiques disant de ne pas porter le masque, nous avions tort scientifiquement », a-t-il admis. Avant d’ajouter : « Pardon parce que nous nous sommes trompés. »

Dans son chapitre « Bas les masques », Olivier Véran insiste sur le choix du gouvernement de bouder les masques au début de la pandémie. Selon lui, cela n’était pas une stratégie pour dissimuler la pénurie sévissant simultanément« En février 2020, les recommandations de l’OMS écrivent noir sur blanc que le port du masque en population général n’est pas utile », a-t-il justifié. Olivier Véran se défend cependant d’avoir « masqué sciemment la pénurie de masque en disant que ça ne sert à rien ».

Crédits photos : Capture d’écran RMC Story

A propos de


  1. Olivier Véran

Autour de

Source: Lire L’Article Complet