« On a toujours testé n’importe comment » : Catherine Hill surprend au sujet de la pandémie de Covid

Invitée sur le plateau de Quotidien, lundi 15 novembre, l’épidémiologiste Catherine Hill a critiqué l’utilisation du taux d’incidence par rapport à la pandémie et évoqué la stratégie vaccinale qui pourrait aider la France à maîtriser la crise sanitaire.

Ce lundi 15 novembre, Yann Barthès a invité Rémi Salomon, président de la Commission médicale d’établissement de l’AP-HP et Catherine Hill, épidémiologiste, dans Quotidien. L’occasion d’ouvrir un nouveau débat concernant l’évolution de la crise sanitaire liée au Covid-19. Le présentateur de TMC a d’ailleurs rapporté que le taux d’incidence est situé, en France, à 117,2 pour 100 000 habitants. Pour la biostatisticienne de 75 ans, cela « n’est pas le bon indicateur ».

« En ce moment, le nombre de gens qui arrive à l’hôpital augmente tous les jours, il y a plus de nouveaux cas tous les jours, il y a plus de gens qui arrivent en réanimation… », a affirmé Catherine Hill, avant d’assurer qu’en France, « on a toujours testé n’importe comment et n’importe qui ». Selon l’épidémiologiste, les mesures ne sont pas vraiment représentatives de la quantité de personnes malades : « Quand on a comparé le nombre de gens qui avaient eu le Covid en regardant les anticorps et le nombre de cas qu’on connaissait à la même date, cumulé depuis le début de l’épidémie, il en manquait deux sur trois. Donc c’était juste un mauvais indicateur. »

Vacciner les seniors en priorité

Sur le plateau de Yann Barthès, Catherine Hill a également estimé qu’il faudrait prendre en compte les plus jeunes : « Pour tester massivement, il faut s’organiser (…) Il faudrait tester tous les enfants dans les écoles. » Au sujet de la vaccination, l’épidémiologiste a assuré qu’il faudrait vacciner ceux qui ne le sont pas et notamment ceux qui ont un certain âge (80 ans et plus), qui ne peuvent pas forcément se déplacer pour recevoir leurs doses. « Ces gens-là sont en grand danger », a-t-elle ajouté, persuadée qu’il faut aller à leur rencontre pour leur administrer le fameux vaccin.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture écran TMC

Autour de

Source: Lire L’Article Complet