“Pas sympa !” : Olivier Véran se rebiffe contre Apolline de Malherbe

Olivier Véran était ce mercredi 22 juin l’invité d’Apolline de Malherbe sur BFMTV, afin de revenir sur le résultat des législatives. La journaliste en a profité pour parler santé avec celui qui a longtemps été l’expert Covid du gouvernement. Ce qui n’a pas enchanté l’ancien neurologue grenoblois.

A propos de


  1. Olivier Véran


  2. Apolline de Malherbe


  3. Brigitte Bourguignon

Il a changé de ministère mais il restera toujours le Monsieur Covid du gouvernement. Olivier Véran, désormais chargé des relations avec le Parlement et de la Vie démocratique, était ce mercredi 22 juin l’invité de la matinale de BFMTV. Après la défaite de Brigitte Bourguignon, actuelle ministre de la Santé, dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais face à Christine Engrand du RN, Apolline de Malherbe s’est permis de consulter son interlocuteur sur l’évolution du Covid-19 en France. “Je sais bien que vous n’êtes plus ministre de la Santé mais il se trouve qu’il n’y a plus de ministre de la Santé”, a-t-elle d’abord déclaré, en évoquant la démission imminente de sa successeur avenue Duquesne. “Pas sympa”, a lâché le Grenoblois de 42 ans avant de répondre à la seconde question sur l’épidémie.

“Brigitte Bourguignon y était hier, elle est aujourd’hui à son ministère. C’est important”, a tenu à rectifier Olivier Véran face aux questions d’Apolline de Malherbe. “Elle ne fait pas les affaires courantes, elle est chargée de réformer la santé, elle continue. Jusqu’au dernier moment, elle continuera”, a-t-il précisé à la journaliste qui a rétorqué que Brigitte Bourguignon ne serait en tous les cas “plus audible” au vu de son échec de député.

>> PHOTOS – Olivier Véran, Gabriel Attal, Anne Hidalgo : ils ont trouvé l’amour dans leur parti politique

Covid-19: Olivier Véran (@olivierveran) n'a pas "d'inquiétude excessive" face à la reprise de l'épidémie pic.twitter.com/f8g70P4Ime

“J’ai connu des soirs de défaite avec un autre parti”

Mais avant tout venu discuter de la stratégie de la majorité après la claque des résultats aux législatives de ce dimanche 19 juin, Olivier Véran a souligné qu’Ensemble ! bénéficiait tout de même de la confiance des Français. “Le programme que nous portons sur le travail, sur l’Europe, a été retenu majoritaire par les Français quatre dimanches de suite”, a-t-il rappelé, évoquant les deux tours de l’élection présidentielle et ceux des législatives, où Emmanuel Macron et ses députés sont arrivés en tête. Sur BFMTV, le député réélu dans l’Isère a par ailleurs exclu la construction d’une majorité avec le Rassemblement national et La France insoumise, les deux nouvelles forces d’opposition au Parlement.

L’ex-ministre de la Santé a ensuite tenté de relativiser en prenant comme exemple la dégringolade, au fil des scrutins, du Parti socialiste, dont il faisait partie de 2012 à 2017. “J’ai connu des soirs de défaite avec un autre parti, j’ai connu un président qui ne pouvait pas se représenter et j’ai connu un groupe parlementaire qui est passé de plus de 250 députés à 20, a cinglé l’ancien neurologue avant de conclure : “Ne faisons pas d’une majorité relative une défaite. Par contre ne faisons pas d’une majorité relative une victoire en soi.” De quoi illustrer la position délicate du gouvernement, dont Élisabeth Borne a démissionné sans succès ce mardi 21 juin.

Crédits photos : Capture d’écran / BFMTV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet