Pédophile multirécidiviste… Il élit domicile en face d’une école primaire, les parents d’élèves indignés

Une pétition circule actuellement pour déloger l’homme de 74 ans du foyer qui fait face à l’école primaire Sourbrodt-Gare, en Belgique.

Les habitants du village de Sourbrodt, à Waimes (Belgique), sont sous le choc. Il y a quelques années, P.S., alors âgé de 59 ans, avait comparu devant le tribunal correctionnel de Liège pour « traite d’êtres humains, débauche de mineurs, prostitution et possession d’images pédopornographiques », rapporte le 7sur7. À l’époque, le quinquagénaire avait été condamné à cinq ans de prison, puis libéré en 2013. « Il faisait et fait peut-être toujours partie d’un réseau de pédophiles », expliquait récemment un parent d’élève de l’école primaire Sourbrodt-Gare à nos confrères. « À l’époque, il avait aménagé une ferme pour y organiser des réunions pédophiles ». Selon les informations partagées par le média belge, son but était de « violer des enfants africains ». « Il attirait les enfants en contactant leur famille et en leur proposant des stages dans sa ferme », ajoute le père de famille.

Pédophile multirécidiviste

Loin d’en être à sa première condamnation, l’homme, désormais âgé de 74 ans, était connu pour des faits similaires depuis les années 70. Condamné à plusieurs reprises, il récidivait à chaque libération. Le mois dernier, P.S. prenait la décision de s’installer dans le village de Sourbrodt, à quelques mètres d’une école primaire. Mais alors qu’il pensait pouvoir cacher son passé, le propriétaire d’un chenil a découvert la terrible vérité, grâce à une simple recherche Google. « Il s’est empressé d’appeler un voisin du village, à qui il avait déjà vendu un chien, pour le prévenir. Lui a ensuite prévenu un autre voisin qui avait justement des enfants scolarisés à l’école de Sourbrodt ».

Une fois la directrice informée, cette dernière n’a pas hésité à envoyer un mail à tous les parents afin de les prévenir de la situation. « Les fenêtres des appartements du logement social donnent sur la cour. Qui sait ce qu’il peut faire quand les gamins jouent dehors », confie le père de famille. Depuis, une pétition circule dans le but de déloger le septuagénaire.

V.B

À voir également :

Source: Lire L’Article Complet