PHOTO Johanna Clermont : qui est la chasseresse sexy qui fait parler d'elle ?

Ce mardi 18 août, des affiches de Zone 300, une plateforme de streaming dédiée à la chasse, ont été placardées dans de nombreuses villes de France. Le visage de ces dernières n’est autre que Johanna Clermont, une chasseresse de 23 ans qui détonne dans ce milieu majoritairement masculin.

Depuis ce mardi 18 août, vous l’avez peut-être vue placardée dans les métros de Paris, Nice, Toulouse, Marseille ou encore Rennes. Âgée de 23 ans, Johanna Clermont est le nouveau visage de la chasse. Passionnée par ce sport qui fait grandement polémique à travers le monde, elle est devenue l’égérie de la nouvelle plateforme Zone 300, une sorte de Netflix spécialement consacré à la chasse et la pêche. Si le grand public ne la découvre qu’aujourd’hui, cela fait déjà trois ans qu’elle rencontre un franc succès sur les réseaux sociaux. Mais à l’inverse des autres influenceuses, telles que Caroline Receveur ou encore Nabilla, elle ne vante pas les mérites de produits cosmétiques… “C’est quand même plus cool de recevoir des armes à feu que du rouge à lèvres“, ironise-t-elle dans les colonnes du Parisien. Suivie par plus de 300 000 abonnés, elle prend donc régulièrement la pose avec son artillerie, parfois de façon sexy. Un sacré contraste avec l’image du chasseur dans l’esprit collectif. “Comme tout le monde, j’imaginais le chasseur comme dans le sketch des Inconnus, vieux, gros, alcoolique. J’ai découvert tout autre chose“, assure celle qui s’est fait connaître en publiant un cliché de sa première prise, un sanglier.

Johanna Clermont utilise un pseudo

Si Johanna Clermont n’a pas dévoilé le montant de ses revenus, elle assure auprès du Parisien gagner très bien sa vie. Il faut dire que certains sites spécialisés, dont Browning, lui proposent parfois des armes à plus de 3 000 euros ! Mais si sa notoriété a son lot d’avantages, elle a aussi de sacrées inconvénients. Débarquée dans un milieu composé à 98% d’hommes, la jeune femme a connu des périodes très rudes, comme le confie Thierry Coste, conseiller politique de la Fédération nationale des chasseurs. Récemment elle a aussi été menacée par des militants anti-chasse alors qu’elle se trouvait dans l’amphithéâtre de la fac de Perpignan, où elle étudie le droit. C’est pourquoi la jeune femme utilise un pseudo. En effet, Clermont n’est pas son véritable nom de famille. Mais pas sûr que cela suffise à la protéger des torrents de haine qu’elle risque de recevoir après la campagne publicitaire de Zone 300…

View this post on Instagram

Caption this 💥

A post shared by @ johannaclermont on


Source: Lire L’Article Complet