PHOTOS – Henri Leconte amoureux à Roland-Garros : qui est sa nouvelle compagne Maria Dowlatshahi ?

Parmi tous les couples d’amoureux vus à Roland-Garros, celui d’Henri Leconte a forcément fait partie des plus remarqués. Depuis cinq ans, l’ex-star du tennis tricolore file le parfait amour avec Maria Dowlatshahi.

Du soleil, une balle jaune et son amoureuse : Henri Leconte a forcément passé une belle journée mercredi 9 juin, dans les tribunes de Roland-Garros. Le finaliste de l’édition 1988 est une nouvelle fois venu au bras de sa chérie Maria Dowlatshahi, une créatrice de bijoux et hypnothérapeute qui fêtera bientôt ses 58 ans comme lui.

Henri Leconte et Maria Dowlatshahi sont partenaires en amour, mais aussi en affaires. Les deux quinquagénaires travaillent en effet ensemble au sein de la société HL&Co. Lui fait des conférences sur le sport et le développement personnel. Elle travaille plus sur la partie bien-être et cosmétiques. Maria Dowlatshahi a également fondé sa marque de bijoux et d’accessoires Fusion By M.

https://www.instagram.com/p/CCOU5oaAoAg/

🖐🖐 souvenirs de @wimbledon avec mon ❤ Un immense MERCI à vous tous pour vos adorables #happybirthday!! Vous êtes 👍👍❤❤!! 🖐🖐 @wimbledon last year with my ❤ A big THANK YOU for all your sweet #happybirthday !! Your are 👍👍❤❤!! #adneom #positivethinkingcompany #eurosport #baronpapillon #heysiltennis #commejaime #champagnelaurentperrier @adneom @positivethinkingcompany @eurosport @baronpapillon @heysiltennis @commejaime @champagnelaurentperrier @fusionbym

A post shared by HENRI LECONTE OFFICIAL (@henrileconte) on

La rupture avec Florentine Leconte a été soudaine

Marié à trois reprises, Henri Leconte s’est affiché pour la première fois au bras de Maria Dowlatshahi à Roland-Garros en 2016, quelques mois après sa séparation d’avec sa troisième épouse, Florentine Leconte, mère de ses deux plus jeunes enfants, Ulysse et Marylou. À l’époque, Florentine Leconte, ex-mannequin, s’était confiée à Gala.

Elle vivait très mal cette rupture : C’est l’effondrement d’un rêve en ce qui me concerne, je vis notre rupture comme un constat d’échec alors que je nous voyais vieillir tous ensemble. Séparés à l’amiable, non, mais en bonne intelligence, oui, et cela pour le bien de nos enfants. Henri reste présent et fait le maximum pour que ça marche. Je n’allais tout de même pas le retenir en l’attachant à un radiateur. Je lui ai laissé reprendre sa liberté et en contrepartie, il assure, il est béton dans son rôle de papa.

Crédits photos : DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet