Pourquoi Michael J. Fox a longtemps caché sa maladie de Parkinson

Devenu mondialement célèbre grâce à Retour vers le futur ou encore la série Spin City, l’acteur Michael J. Fox est atteint depuis 1991 de la maladie de Parkinson. Un diagnostic qu’il a longtemps hésité à rendre public.

Il restera pour toujours le jeune Marty McFly de la trilogie Retour vers le futur dont le premier volet est diffusé le 14 octobre à 21 heures sur TMC. Tandis qu’il fêtera ses 61 ans le 9 juin prochain, l’acteur américain Michael J. Fox vit depuis des années avec la maladie de Parkinson qui l’a forcé depuis 2020 à ne plus apparaître au cinéma. Un mal diagnostiqué en 1991, alors qu’il est au faîte de sa gloire.

Les conséquences furent lourdes, très lourdes : « J’avais déjà tendance à trop boire auparavant, mais à partir de ce moment-là j’ai carrément sombré dans l’alcoolisme, a t-il raconté à Paris-Match. Mes symptômes étaient pourtant minimes : je souffrais simplement de douleurs musculaires et d’un léger tremblement de doigt. Mais le neurologue que ma femme, Tracy, m’avait poussé à consulter m’a annoncé que je n’en avais plus que pour dix ans à travailler ! »

 » Cet aveu a été accueilli avec beaucoup de respect « 

Un alcoolisme dont il s’est débarrassé, encore une fois grâce à son épouse : « Arrêter de boire a été une délivrance. Du coup, Tracy a voulu avoir d’autres enfants, nous en avons eu quatre et cela aussi m’a donné de la force. »

https://www.instagram.com/p/CQbN0hSMC14/

A post shared by Michael J Fox (@realmikejfox)

Michael J. Fox a ainsi pu continuer de travailler, brillant dans des films comme Mars Attacks!, Le Président et Miss Wade, Fantômes contre Fantômes ou encore la série Spin City. En revanche, il a dissimulé au grand public sa maladie jusqu’en 1998. Explications : « J’étais terrifié. J’avais peur de la réaction des gens et du voyeurisme. Mon premier réflexe a donc été de la cacher. Quand mon doigt se mettait à trembler de manière trop voyante, je glissais ma main dans une poche ou sous ma jambe. »

Jusqu’à ce ne soit plus possible, et qu’il s’en ouvre enfin : « En fait, dire la vérité sur ma maladie fut un immense soulagement. Cet aveu a été accueilli avec beaucoup de respect et de sympathie de la part du public, ce qui m’a beaucoup aidé par la suite. »

Crédits photos : STARMAX / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet