“Prime enfumage”: ces plaisanteries des proches de Jean-Luc Mélenchon qui font jaser à l’Assemblée…

À La France Insoumise, l’humour est une arme politique. Quitte à déposer des amendements ironiques. Comme le souligne Le Figaro ce lundi 18 juillet, les partisans de Jean-Luc Mélenchon ont encore frappé à l’Assemblée. Il suggère de renommer « prime d’enfumage », une mesure du projet de loi sur le pouvoir d’achat.

Les partisans de Jean-Luc Mélenchon sont nombreux à l’Assemblée nationale. Soixante-quinze députés précisément, rodés à une technique d’opposition dont ils usent abondamment : l’amendement. Comme le souligne Le Figaro ce lundi 18 juillet, les élus de la France Insoumise ont pour habitude de corriger les textes de lois à leur manière. En plus des suggestions de modifications classiques, ils déposent également des amendements ironiques. Dernier en date : les Insoumis ont proposé de renommer « la prime Macron » -prévue par le projet de loi pouvoir d’achat. Ils préféreraient qu’elle soit désignée comme la « prime enfumage ». L’amendement plaisantin, déposé dès le premier article du texte, est loin de faire sourire l’ensemble l’hémicycle. « C’est assez typique de La France insoumise : beaucoup de provocation mais zéro solution », fustige une des rapporteurs du projet, Charlotte Parmentier-Lecocq.

Ces amendements satiriques cacheraient une double volonté des Insoumis. D’une part, dénoncer un projet de loi qui prévoit par exemple des primes et non des augmentations de salaires. D’autre part, exprimer un désaccord face à une situation politique complexe. Malgré leur position d’opposition, la Nouvelle union populaire et sociale (Nupes) peut difficilement voter contre le texte. La coalition de gauche craint d’être accusée de blocage tout en souhaitant des mesures pérennes et non « des mesures d’urgence » dont l’effet sur l’inflation serait « nettement insuffisant ». « Les Français vont nous dire : ‘D’accord, ça ne va pas assez loin mais prenez au moins ça' », analyse un élu socialiste.

L’évolution capillaire de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon et sa politique étrangère

Tandis que les députés de la Nupes débattent du pouvoir d’achat, Jean-Luc Mélenchon est au Honduras depuis ce dimanche 17 juillet. Le politique, qui a annoncé se retirer du devant de la scène après son échec à la présidentielle, n’est pas inactif pour autant. Sur son compte Twitter, il déclare avoir échangé avec l’ancien président du pays, Manuel Zelaya. Le fondateur de la France insoumise se rendra ensuite en Colombie, où il doit rencontrer Gustavo Petro, le président élu en juin 2022. « Je vais me réhydrater politiquement, me réimprégner, labourer mon imagination politique. Apprendre », explique-t-il sur son blog.

Arrivé au Honduras, j’ai pu échanger avec @manuelzr, ancien président du pays. Ici, il faut se battre contre le secteur privé alors que 70% des grandes entreprises sont exonérées d’impôts grâce aux traités de libre-échange avec les États-Unis. pic.twitter.com/VmegiMai15

Crédits photos : Jack Tribeca / Bestimage

A propos de


  1. Jean-Luc Mélenchon

Autour de

Source: Lire L’Article Complet