« Quelle tristesse » : Louane pousse un coup de gueule sur Instagram

La chanteuse Louane a repartagé sur son compte Instagram ce mardi 14 septembre une publication d’un compte militant très suivi, “Dis Bonjour Sale Pute”, qui dénonce les violences sexistes. Le post qui a indigné la jeune femme relate l’expérience d’une petite fille de 6 ans, qui subit des attouchements d’un camarade, que sa maîtresse refuse de voir ainsi.

L’indignation d’une mère, et d’une jeune femme, presque d’une militante. Louane a partagé avec ses abonnés Instagram sa colère, en repartageant ce mardi 14 septembre une publication du compte de l’association féministeDis Bonjour Sale Pute“, qui lutte contre le harcèlement sexuel et les violences sexistes. Le compte Instagram recense et publie à ses 141 000 abonnés les témoignages de personnes victimes de harcèlement et de violences sexistes, dans leur quotidien, ou leur vie professionnelle.

C’est la dernière publication, qui a réuni près de 13 500 “likes“, qui a fait réagir vivement la chanteuse. Elle relate le témoignage de la mère d’une enfant de 6 ans, qui a dû “écrire un mot” à la maîtresse de sa fille, pour l’alerter du comportement d’un de ses camarades, qui n’a de cesse de lui “toucher les fesses. Comportement qui dérange beaucoup” la petite fille, et qui s’en est donc plaint à ses parents, et à son enseignante. Seulement, celle-ci considère que l‘enfant “fait des histoiresen refusant qu’on lui “tape” sur les fesses ; ce qui a choqué la mère, et poussé à partager son expérience avec cette association très suivie.


“Même et surtout à 6 ans, on ne touche pas quelqu’un”, assène Louane

C’est ainsi que la publication est parvenue jusqu’à Louane, dont le sang n’a fait qu’un tour. Elle a repartagé le post dans son fil de story, en commentant sèchement : “Non mais, c’est sérieux ça ? “Faire des histoires” ? Même et surtout à 6 ans, on ne touche pas quelqu’un. Point.” La seconde image partagée est une photo du fameux mot écrit à l’enseignante, où Louane s’afflige que cette mère soit obligée d’en venir à cette démarche : “Quelle tristesse d’être obligée d’écrire un mot à une enseignante pour qu’on laisse sa fille tranquille. Ça me fait peur.” Mère d’une petite fille, Louane est aussi une jeune femme qui a grandi à une époque où le grand public commence à entendre les alertes des militantes sur les violences faites aux femmes, et qui en a assez de les subir silencieusement.

https://www.instagram.com/p/CTyyHURMGcr/

A post shared by DBSP, Stop au sexisme 🧡 (@disbonjoursalepute)

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet