Rachida Dati : ces rumeurs qui l’ont le plus blessée

Rachida Dati est une femme de tempérament. Rien ne semble pouvoir l’atteindre, et pourtant… L’ex-garde des Sceaux avait révélé dans Le Monde les rumeurs qui l’avaient le plus blessé au cours de sa carrière.

Comme toutes les personnalités politiques, Rachida Dati n’a pas toujours fait l’unanimité. Preuve en est le tacle que vient de lui adresser Olivia Grégoire, secrétaire chargée de l’Économie sociale, solidaire et responsable, qui a accouché d’une petite fille et qui a décidé de profiter pleinement de son congé maternité. « Je ne ferai pas comme certaines femmes en politique qui sont revenues quasiment le lendemain de leur accouchement », a-t-elle déclaré dans les colonnes de Paris Match, ce jeudi 30 décembre. Une remarque qui semble viser directement Rachida Dati qui, elle, avait repris le chemin du travail seulement cinq jours après avoir donné naissance à sa fille en 2009.

Des critiques sur lesquelles l’ex-ministre de la Justice ne semble pas s’arrêter. Cependant, elle avait révélé, en 2017, lors d’un long entretien accordé aux journalistes du Monde, qu’elle avait été blessée d’être la cible de certaines rumeurs : « Ce qui me vexe le plus, c’est qu’on dise que j’ai couché avec tout le monde », avait-elle alors affirmé. Et d’ajouter : « Même Sarko, on a dit qu’on avait couché ensemble, mais c’est absurde ! Je ne suis pas du tout son type. Il me tapait dans le dos comme un copain de régiment, et moi je l’appelais ‘Jean-Claude Dusse’ (une référence aux Bronzés de Patrice Leconte). »

> Découvrez en photos la vie politique de Rachida Dati

Rachida Dati : « Ils sont convaincus que j’ai eu des aventures avec des hommes dangereux »

Lorsqu’elle avait accouché en 2009 de sa petite fille, Zohra, et qu’elle n’avait pas souhaité dévoiler l’identité du père, cela avait d’ailleurs attisé la curiosité de nombreuses personnes, et notamment du côté de l’entourage du président de la République de l’époque, Nicolas Sarkozy. « Ils ont envoyé des gens jusque dans les cliniques pour connaître le père de ma fille. Sarko, lui, était très content que j’aie un enfant, il s’en foutait de savoir de qui… Pas les autres », avait-elle expliqué. « A un moment, ils ont pensé que c’était l’émir du Qatar, ou le Premier ministre espagnol Jose Maria Aznar, et ils se sont dit : ‘On va la tenir.’ Ils sont convaincus que j’ai eu des aventures avec des hommes dangereux et que j’ai pu être entretenue…« , avait poursuivi la maire du 7e arrondissement de Paris.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet