Roland Garros : Naomi Osaka boude la presse, la numéro 2 mondiale risque très gros

Refusant de répondre à la presse durant le tournoi de Roland Garros, Naomi Osaka a écopé d’une amende et pourrait voir son parcours dans le tournoi brutalement stoppé. La numéro deux mondiale risque la disqualification si elle continue de faire l’impasse sur ses obligations contractuelles.

Premières balles, et déjà un gros revers pour les organisateurs de Roland Garros. Dimanche 30 mai marquait le coup d’envoi du Grand Chelem parisien avec notamment les entrées en scène de plusieurs représentants tricolores. Et si un seul des neuf engagés a validé son billet pour le tour suivant, c’est une star du tennis international qui a marqué cette première journée. Alors que le circuit féminin se cherche une leader charismatique depuis que Serena Williams accuse le poids des années, l’une de ses plus grands espoirs, la Japonaise Naomi Osaka, s’est mise à dos les instances du tournoi. Car, après avoir remporté sa première rencontre, la numéro 2 mondiale a tenu la promesse annoncée avant le début de la quinzaine, celle de boycotter les médias.

Déjà mise à l’amende

En refusant les conférences de presse à Roland Garros, cette joueuse, devenue une icône de la lutte contre les inégalités, a souhaité briser un tabou, sous-estimé par le grand public : la détresse psychologique ressentie par certains athlètes. Mais cette initiative n’a pas été du goût de l’organisation, qui lui a, dans un premier temps, infligé une amende de 15 000 dollars. Or, cette sanction financière ne pourrait être que le point de départ d’une série de mesures plus punitives pour Naomi Osaka. Si cette dernière refuse en effet de se plier aux exigences des organisateurs, elle risquerait ni plus ni moins que l’exclusion du tournoi et même une suspension pour les futures échéances en raison d’“infractions au code de conduite”. Au vu de son dernier message, la championne niponne reste bien campée sur sa ligne de fond. “La colère est un manque de compréhension. Le changement met les gens mal à l’aise“, a-t-elle écrit sur Twitter. Le dernier énergumène à s’être fait sortir d’un court à Roland Garros n’était autre que le trop bruyant Nelson Monfort. Deux salles, deux ambiances…

Source: Lire L’Article Complet