Roman Polanski : une femme assure être sa fille, sauvée par les meurtriers de Sharon Tate

Une femme affirme être la fille de Roman Polanski et Sharon Tate. Elle aurait été sauvée par les assassins de sa mère, selon ses dires.

C’est une affaire qui avait glacé le sang du tout Hollywood. Le 9 août 1969, Charles Watson, Patricia Krenwinkel et Susan Atkins, trois membres de la « Famille » de Charles Manson, avaient assassiné Sharon Tate – ainsi que quatre de ses amis. Leur but était initialement de tuer le producteur de musique Terry Melcher, qui avait refusé de signer un contrat avec leur leader. Mais ce dernier avait déménagé depuis peu. Selon les rapports d’autopsie, l’actrice décédée à 46 ans avait donc été poignardée de seize coups de couteau. Son mari de l’époque, Roman Polanski, était alors en déplacement à Londres pour les besoins d’un tournage. Mais 50 ans après cette nuit d’horreur, il est encore hanté par le souvenir de son épouse. D’autant plus que, comme il le révèle dans les colonnes de Paris Match, une femme assure être sa fille, née le soir du meurtre. En effet, la belle blonde était enceinte de huit mois et demi au moment des faits…

Roman Polanski partage une folle anecdote

Le réalisateur de J’accuse se souvient très bien du soir où une femme l’a appelé pour lui faire cette folle révélation. « Il y a une vingtaine d’années, une femme m’a contacté en disant que Sharon ne portait pas un garçon mais une fille, et que c’était elle, sauvée par les assassins », explique-t-il à Paris Match. Mais bien évidemment, le mari d’Emmanuelle Seigner n’en a pas cru un mot. Et pour cause : sa fille présumée serait née deux ans après la mort de Sharon Tate ! Reste que malgré la réticence de Roman Polanski, elle a toujours gardé un contact avec lui. « Depuis, elle m’envoie des lettres, des cadeaux, des photos. Elle a changé son nom de Rosie Blanchard en Rosie Tate Polanski. C’est du délire », s’insurge le passionné de cinéma de 86 ans.

L’histoire est pourtant allée encore plus loin, puisqu’il l’a vue un beau jour débarquer devant chez lui. Et elle n’était pas seule… « Il y a deux ans, à Gstaad, un jeune couple a sonné à ma porte. Ils m’ont remis une lettre de Rosie, je ne savais plus qui c’était. Le jeune homme m’a dit : “Rosie, ta fille. C’est ma mère, je suis ton petit-fils ! », s’est souvenu avec amusement Roman Polanski. Des rappels quotidien à sa défunte épouse Sharon Tate qui ne l’aident pas à son faire son deuil, lui qui l’assure : « il n’y a pas un jour, un moment précis, où le deuil se fait. »

Source: Lire L’Article Complet