« Sa voix était blanche » : Emmanuel Macron sort de ses gonds

Alors que l’article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale “provoque un trouble dans l’opinion publique”, Emmanuel Macron a fermement recadré ses troupes ce lundi 30 novembre, informe le Figaro.

L’article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale n’en finit plus de faire couler de l’encre. Ce samedi 28 novembre, des milliers de Français sont descendus dans les rues pour exprimer leur désaccord avec ce texte de loi très controversé. Une tension palpable qui agace fortement Emmanuel Macron. Hors de lui, le président a tenu à recadrer ses troupes ce lundi 30 novembre, informe le Figaro.

“La situation dans laquelle vous m’avez mis aurait pu être évitée”, s’est insurgé Emmanuel Macron en huit clos selon des propos rapportés par un participant. Le chef de l’Etat, qui a pris soin de ne nommer personne, s’est présenté comme le garant de “l’ordre républicain, la liberté, l’unité et la concorde” et a réclamé la réécriture complète de l’article 24. “Il était très agacé de devoir nous réunir, il a recadré tout le monde”, relate la source. Des informations confirmées par un autre participant : “c’était plus que ferme, c’était létal. Sa voix était blanche”.

Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti dans le viseur d’Emmanuel Macron

Si le ministre de l’Intérieur n’a pas été épargné par Emmanuel Macron, Eric Dupond-Moretti s’est également attiré les foudres du chef de l’Etat. Il n’y a pas que Gérald Darmanin qui en a pris pour son grade aujourd’hui à l’Elysée”, a révélé sur Twitter Laurent Valdiguié, journaliste à Marianne, et de préciser que le ministre de la Justice avait également passé un sale quart d’heure. “Ce week-end, j’aurais bien aimé ne pas apprendre en regardant la télévision que le procureur de Paris tenait une conférence de presse”, lui aurait lancé le président. Un recadrage en bonne et due forme qui, il l’espère, aura été entendu.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet