« Si on attend trop longtemps… » : Patrick Pelloux met en garde sur la reprise du Covid-19

Face à la montée des cas positifs au Covid-19, Patrick Pelloux a été interrogé sur BFMTV, dimanche 3 juillet, sur les mesures que les Français pourraient suivre à l’avenir. Face à nos confrères, le président de l’association des médecins urgentistes de France a appelé les citoyens ainsi que le gouvernement à réagir.

A propos de


  1. Patrick Pelloux


  2. Gérald Kierzek

Ces derniers jours, en France comme à l’étranger, le nombre de personnes positives à la Covid-19 augmente. Une situation qui en inquiète plus d’un. Reçu par nos confrères de BFMTV, dimanche 3 juillet, Patrick Pelloux – président de l’association des médecins urgentistes de France – a appelé à une grande vigilance dans les prochaines semaines.

Pour cause, Santé Publique France a récemment constaté plus de 125 000 cas en seulement 24 heures. Des statistiques alarmantes qui pourraient encore dégringoler. Seulement, le gouvernement n’a – pour l’instant – pas encore imposé de nouvelles mesures sanitaires. Ce qui a fortement déplu au médecin. « Si on attend trop longtemps, on sera débordé !« , a-t-il d’abord prévenu, avant d’ajouter : « Là, on a l’impression que ça n’existe plus [l’épidémie du Covid-19, ndlr], et c’est un tort. Bien sûr qu’on en a ras le bol, mais il faut faire avec et éviter que des gens tombent malades comme ça ! » Seule solution à ses yeux : se faire vacciner à nouveau. Une mesure qui vise d’abord les personnes les plus fragiles et celles qui ont plus de soixante ans.

>> PHOTOS – Martin Blachier, Didier Raoult, Gérald Kierzek… Ces médecins et spécialistes santé qui ont marqué la crise sanitaire

Le retour des masques dans les transports ? Gérald Kierzek temporise…

Le 27 juin dernier, la ministre de la Santé Brigitte Bourguignon avait demandé aux Français, sans aucune obligation, de « remettre le masque dans les transports » afin de se « protéger soi-même et les autres » de la montée en flèche des cas de Covid-19. Une mesure qui, pour Gérald Kierzek, peut devenir trop agaçante…

Lors d’un entretien accordé au Figaro, le 28 juin dernier, le directeur médical du site Doctissimo était revenu sur cette annonce. « Si on matraque les Français avec des mesures arbitraires, on va les perdre« , a-t-il d’abord expliqué. Pour cause, cette mesure est, selon lui, beaucoup trop ciblée en région parisienne. Car la proximité dans les transports, décriée par la ministre, n’est pas représentative à l’échelle nationale. « On panique alors qu’il n’y a pas de saturation hospitalière : seulement 850 malades en soins critiques sur 20 000 lits« , a-t-il ensuite souligné, rappelant que seul « les pharmacies et les centres de soins« , doivent être surveillés puisque c’est là où se concentrent principalement les personnes fragiles et à risques.

Crédits photos : Capture d’écran / BFMTV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet