Spike Lee a des « questions » sur le 11-Septembre

Que s’est-il passé le 11 septembre 2001 ? C’est ce que cherche à savoir
Spike Lee, visiblement pas convaincu par les conclusions officielles. Le réalisateur est allé à la rencontre de « plus de 200 personnes » pour cette série documentaire en quatre parties, intitulée NYC Epicenters 9/11-2021 ½ et diffusée sur HBO. Concernant la destruction des tours jumelles, il est allé à la rencontre d’adhérents au
groupe conspirationniste Architects and Engineers for 9/11 Truth.

Ces derniers pensent, entre autres, que le kérosène contenu dans les avions, en brûlant, n’aurait pas pu atteindre une température assez élevée pour faire fondre la structure métallique des immeubles. Une théorie à laquelle adhère Spike Lee.

Des questions

« J’ai des questions. La chaleur requise pour faire fondre l’acier n’a pas été atteinte. Et quand vous comparez la façon dont le Building 7 s’est effondré avec d’autres effondrements d’immeubles dans des démolitions, vous observez la même chose », explique-t-il au New York Times.

Avec ce documentaire, le réalisateur a un but : « J’espère que, peut-être, le Congrès organisera une audience, une audience du Congrès sur le 11-Septembre. » Le gouvernement américain a cependant
déjà publié en 2004 ses conclusions sur le 11-Septembre, dans un rapport de 585 pages,
disponible en ligne pour le public. Une enquête apparemment pas suffisante pour Spike Lee, qui « espère », avec son documentaire, permettre aux gens « de se faire une idée par eux-mêmes ». « Je respecte l’intelligence du public », ajoute-t-il.

Une approche similaire aux antivax et « à ceux qui pensent que Joe Biden n’a pas été légitimement élu », lui rappelle le journaliste du New York Times. « Les gens pensent de toute façon ce qu’ils veulent. On m’a traité de raciste pour Do the Right Thing. On m’a traité d’antisémite pour Mo’Better Blues. On m’a traité de misogyne après She’s Gotta Have It. Et vous savez quoi. Je suis toujours là, après quatre décennies dans la réalisation », a répondu Spike Lee.

Source: Lire L’Article Complet