Suicide du chef Taku Sekine : la réponse du site incriminé par ses proches

Taku Sekine, un jeune chef franco-japonais de 39 ans, est mort le 28 septembre 2020. Sa compagne, Sarah Berger, a annoncé qu’il avait mis fin à ses jours après avoir été accusé d’agressions sexuelles, notamment par un site spécialisé. Ce dernier, Atabula, a publié un article, le 30 septembre 2020, pour répondre publiquement.

Restez informée

Taku Sekine s’est suicidé le 28 septembre 2020 à seulement 39 ans. Le jeune chef nippo-français, formé à la cuisine aux côtés des plus grands chefs comme Alain Ducasse ou encore Hélène Darroze, avait pourtant une carrière flamboyante. Élu Meilleure Table du Fooding, en 2016, avec son micro-restaurant, Dersou, situé dans le 12è arrondissement de Paris, puis récompensé du Fooding d’honneur en 2020, pour son restaurant franco-asiatique, Cheval d’Or, dans le 19è à Paris, le chef était promis à une belle carrière. Mais, depuis le 12 août 2020, le célèbre chef parisien était accusé de harcèlement et d’agression sexuelle. L’affaire a commencé sans que son nom ne soit cité. La journaliste Julie Mathieu, rédactrice en chef des magazines Fou de Pâtisserie et Fou de Cuisine, avait révélé sur son compte Instagram avoir reçu de nombreux témoignages accablants concernant une figure de la foodosphère parisienne. Parmi ces témoignages, la Canadienne Bonny Peter a révélé avoir été abusée en janvier 2019. Selon elle, six autres jeunes femmes auraient connu la même situation.

Malgré les accusations, le chef ne faisait l’objet d’aucune plainte, ni de poursuite. Ce sont pourtant elles qui auraient vraisemblablement provoqué le geste du jeune chef, un temps soupçonné d’avoir quitté la France. ” Taku SEKINE a mis fin à ses jours, emporté par une grave dépression consécutive à sa mise en cause publiquesur les réseaux sociaux et sur un site spécialisé -, avec une récurrence s’apparentant à un véritable acharnement. Certains acteurs, notamment de la presse, ont sciemment, en quelques semaines et en l’absence totale de plainte, ruiné la réputation de Taku SEKINE.”, explique sa compagne Sarah Berger, avec qui il avait un petit garçon, dans un communiqué publié sur son compte Instagram, pour annoncer son décès. Sans le nommer précisément, elle fait référence au site d’actualité gastronomique Atabula qui avait publié, le 16 août 2020, une longue enquête sur les violences sexuelles dans les grands restaurants. Dans laquelle une allusion était faite sur le jeune chef nippo-français, sans donner son nom, “tout le monde connait son nom mais il ne peut, pour l’instant, être rendu public pour des questions juridiques évidentes.”

“Le nom de Taku Sekine était connu de toutes et tous”

Après l’annonce de son décès, Atabula, le site incriminé, a tenu à répondre publiquement à travers un article. Franck Pinay-Rabaroust, l’un des co-auteurs de l’enquête sur les violences sexuelles, exprime son regret pour “cet acte irrémédiable de Taku Sekine“. Le journaliste se déclare être sous le choc de ce suicide où “le principe d’émotion est ici à son comble“. Mais il apporte d’autres éléments de réponses concernant les rumeurs de harcèlement sexuel : “Le nom de Taku Sekine a été prononcé plusieurs fois, par des sources différentes, relatant à peu de choses près des faits similaires. J’ai contacté de nombreuses personnes, dont certaines faisaient partie du premier cercle de Taku Sekine, pour croiser au maximum les informations. À chaque fois, il y avait confirmation des faits reprochés.”

Selon le journaliste, son nom n’aurait pas été jeté en pâture pour faire un mauvais buzz. “À celles et ceux qui me reprochent d’avoir publié le nom de Taku Sekine, je ne peux que répéter que son nom était connu de toutes et tous“, explique-t-il tout en précisant que le chef lui-même était au courant que son nom circulait déjà, bien avant cette enquête, que la rumeur commençait à prendre de l’ampleur, “un célèbre festival consacré à la jeune cuisine l’avait déjà déprogrammé et que Médiapart préparait une enquête consacrée au chef d’origine japonaise.” Sa mort n’aura pas permis de rendre toute la vérité puisqu’il n’y aura pas de procès.

A lire aussi : Affaire DSK : Nafissatou Diallo révèle avoir eu “envie de se suicider”

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet