« T’as des idées noires ? » : Emmanuel Macron bouleversé par la détresse d’enfants harcelés

Ce sont des témoignages bouleversants d’enfants harcelés qu’a publiés Emmanuel Macron sur Instagram, ce jeudi 18 novembre. Au-delà de l’émotion suscitée par les tristes histoires des victimes qu’il a reçues à l’Élysée, le président de la République a annoncé une série d’actions pour lutter concrètement contre le harcèlement.

« Ils se moquaient de toi ? Qu’est-ce qu’ils faisaient ? » Dans une vidéo publiée sur Instagram ce jeudi 18 novembre, à l’occasion de la Journée nationale de mobilisation contre le harcèlement scolaire, en président protecteur, Emmanuel Macron se montre très à l’écoute d’enfants harcelés qu’il a reçus à l’Élysée. « Ils m’insultaient, ils insultaient ma mère », a confié un jeune garçon harcelé par cinq personnes à cause de son physique. « Et qu’est-ce qu’ils ont fait tes parents ? », lui a demandé le chef de l’État. « Je ne leur ai parlé qu’au début de la 6e. (…) Ils ont appelé l’établissement et puis l’établissement ne réagit pas. Ils laissent aller », a révélé celui dont le visage n’a pas été filmé tout comme celui de tous les enfants reçus au Palais. « En fait, pendant longtemps tu as pris sur toi », a lancé le président à cet enfant dont « personne » ne prenait la défense. « Des fois je n’arrive plus à aller à l’école », a confié en larmes le garçon harcelé. « Quand tu rentres à la maison le soir, qu’est-ce que tu fais ? », « Tu t’isoles complètement ? », « Et t’as des idées noires ? », lui a demandé le chef de l’État. « Non, je m’évacue », a répondu celui qui était harcelé depuis l’école primaire.

« Et quand tes parents ils voient ça, ils ne viennent pas te réconforter ? », a poursuivi Emmanuel Macron, visiblement très touché. « Si, ils essayent de me réconforter, mais ça ne marche pas parce que la douleur est trop forte », a expliqué cet écolier harcelé. Selon lui, « il faudrait un système anti-harcèlement ». « Si les personnes harcèlent plus de trois fois, elles seraient expulsées du collège ou du lycée », propose-t-il. « Je crois qu’on est tous d’accord avec ta proposition », a conclu Emmanuel Macron. Dans la vidéo qu’il a postée sur les réseaux sociaux, on découvre aussi le témoignage très émouvant d’une élève qui se faisait traiter de « migrante ».

https://www.instagram.com/p/CWacnhlorQi/

A post shared by Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

« Ils se moquaient aussi de mon nom de famille, en disant que je ne méritais pas d’être ici », a confié en larmes celle qui a aussi vécu des violences physiques. « En 5e, ils ont commencé à jeter des marrons sur moi, j’ai été blessée. Et en 4e, ils ont commencé à me tabasser. Et en fait à la cantine, ils ont commencé à me lancer des couteaux », a-t-elle expliqué face à la mine grave du chef de l’État. Un discours choquant et glaçant que ne peut tolérer le président bien décidé à agir pour que ce genre de scènes atroces ne puissent plus jamais se reproduire au sein des écoles de la République.

De l’émotion à l’action

Pour « que la honte change de camp », Emmanuel Macron a annoncé une série de mesure et notamment la mise en place d’une application d’aide aux victimes permettant d’envoyer des captures d’écran témoignant de faits de harcèlement dès février 2022. Elle s’ajoutera au numéro vert déjà existant pour les signalements, le 3018. « Nous allons continuer à nous mobiliser, en particulier parce que les élèves harcelés sont souvent isolés et ont peur. Nous devons leur faciliter le signalement de ce dont ils sont victimes », a lancé le président de la République dans une vidéo postée sur Twitter. Alors que le harcèlement scolaire toucherait près d’un enfant sur dix, l’époux de Brigitte Macron, très engagée sur le sujet, promet de « renforcer les maisons des adolescents, les points d’accueil écoute jeunes, les lieux physiques avec des personnes qui sont là pour recevoir la parole et pour écouter partout sur le territoire ».

Que la honte change de camp ! pic.twitter.com/U4983ZChwx

À partir de la rentrée 2022, l’État lancera « une expérimentation en délivrant une certification à la sensibilisation au numérique aux élèves de sixième avec l’idée, ensuite, de généraliser dès la rentrée suivante ». Emmanuel Macron est convaincu que « nous pouvons remporter ce combat contre le harcèlement ». « C’est possible, à condition de ne rien céder à la loi du silence, de l’indifférence ou de la honte. Nous ne lâcherons rien », estime le président.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Capture Instagram Emmanuel Macron

Autour de

Source: Lire L’Article Complet