Traversée de la Seine : Anne Hidalgo « impressionnée » et en larmes pour accueillir son fils

Arthur Germain descend la Seine à la nage afin de sensibiliser l’opinion publique sur l’importance de préserver les cours d’eau. Le fils d’Anne Hidalgo a fait étape à Paris, ce samedi 3 juillet. Il a évidemment été accueilli par la maire de la capitale.

Le 6 juin dernier, Arthur Germain, le fils d’Anne Hidalgo, la maire (PS) de Paris, et Jean-Marc Germain, ancien député socialiste, entamait une descente de la Seine en solitaire à la nage. Au programme : 780 kilomètres de cours d’eau à parcourir en 52 jours depuis la source (Source-Seine, au nord-ouest de Dijon) jusqu’à l’aval (Le Havre). Un défi que ce sportif de haut niveau s’est lancé pour sensibiliser le grand public à l’impact de la pollution dans la Seine. Ce samedi 3 juillet, il a fait étape à Paris, comme le rapporte Le Parisien. Le jeune homme a été accueilli par une cinquantaine de personnes, dont sa mère. Très émue de le retrouver, elle l’a enlacé avant de déclarer :Je suis impressionnée par sa performance. Cette génération n’a pas fini de nous surprendre.”

Arthur Germain a déjà parcouru plus de 360 kilomètres depuis son départ. Un pari plus compliqué qu’il ne le pensait : “C’est un défi plus difficile que je ne l’avais imaginé. Vraiment, tout est dans le mental. J’ai mal au bras depuis le début mais avec le soutien des gens, c’est plus simple”, a-t-il indiqué. Et le fils d’Anne Hidalgo reste motivé : “J’ai déjà fait 28 jours, je peux continuer sans problème, assure-t-il. Je suis heureux, j’ai du temps pour lire, pour penser, pour écrire, je suis connecté à la nature.” Cette étape à Paris était très symbolique pour le nageur : “Quand j’étais gamin et que j’avais des moments à moi, je les passais sur le bord de Seine. J’ai toujours rêvé de nager dans Paris. C’est désormais chose faite !

Arthur Germain : “La Seine, ce n’est pas Tchernobyl”

Lors de ce défi, Arthur Germain réalise des tests pour évaluer la qualité de l’eau de la Seine. “Il y a bien évidemment des déchets qui suivent le cours du fleuve. J’analyse un échantillon d’eau par jour. La qualité de l’eau n’est pas si mauvaise. La Seine, ce n’est pas Tchernobyl, a-t-il avancé. Une bonne chose pour la maire de Paris qui s’était engagée à améliorer la qualité de l’eau du fleuve afin de pouvoir s’y baigner pour les Jeux olympiques 2024, mais surtout après. Arthur Germain dispose encore de 24 jours pour parcourir les 350 kilomètres qui le séparent du Havre.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet