“Un variant ultra-transmissible” : Gilles Pialoux alerte contre la 7e vague de Covid-19

Invité sur le plateau d’Apolline de Malherbe sur BFMTV, ce vendredi 24 juin, le professeur Gilles Pialoux met en garde contre le 7e vague de Covid-19 en France avec « un variant ultra-transmissible ».

A propos de


  1. Apolline de Malherbe


  2. Gilles Pialoux

« On a les vagues qu’on mérite » et celle qui arrive pourrait être encore plus contagieuse que les précédentes. Invité chez Apolline de Malherbe sur BFMTV, ce vendredi 24 juin, le professeur Gilles Pialoux met en garde sur la pandémie du Covid-19 qui est loin d’être de l’histoire ancienne. Avec « 80 000 cas de covid en 24 heures, de nouveaux cas, de nouveaux variants », le masque pourrait faire son grand retour, souligne la journaliste. Face à ce constat, le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon tire la sonnette d’alarme sur cette situation « complexe ». Si on a « des armes qui sont différentes d’avant », le nouveau variant est « ultra-transmissible, encore plus d’Omicron » et « beaucoup de gens » restent « à distance de la troisième dose (du vaccin, ndlr) ».

Déplorant « des mesures barrières proches de 0 », le vice-président de la Société française de lutte contre le sida en appelle à la « responsabilité individuelle » en vue d’une septième bague « hautement contagieuse ». « Il y a des gens qui vont devoir remettre le masque », assure le professeur Gilles Pialoux soulignant que « ce n’est pas parce qu’il n’est pas obligatoire qu’il n’est pas conseillé ». Face à l’oubli des nombreuses mesures sanitaires, l’invité d’Apolline de Malherbe estime « qu’on a les vagues qu’on mérite ».

Recrudescence des cas de Covid-19: le professeur Gilles Pialoux appelle à "la responsabilité individuelle" pic.twitter.com/rOAYnZgCmX

>> PHOTOS – Martin Blachier, Didier Raoult, Gérald Kierzek… Ces médecins et spécialistes santé qui ont marqué la crise sanitaire

« On a toujours eu des malades »

Une phrase « un peu culpabilisatrice » lancée par l’expert inquiet de l’impact qu’aura l’augmentation des nouveaux cas, « qui a triplé », sur l’état des hôpitaux déjà en détresse. Si pour l’heure Omicron « n’a pas rempli les hôpitaux », Gilles Pialoux souligne « qu’on n’a jamais été à 0 » : « On a toujours eu des malades ». « Il y a encore du monde à convaincre. Convaincre de se protéger, de protéger ceux qui sont le plus à risque. Je pense aux immunodéprimés, aux personnes âgées, à ceux qui sont très à distance du dernier vaccin », ajoute-t-il.

Quant aux variants « très contagieux » BA5 et BA4, le spécialiste met – notamment – en garde contre BA5 qui peut entraîner des formes graves de tous les covid. Parmi les facteurs aggravants : « Une vaccination incomplète » ou « quand vous n’avez pas de vaccination ». Mais aussi « les comorbidités » : « On voit beaucoup de gens qui décompensent des insuffisances respiratoires à cause d’Omicron ». Pour autant, rien ne prouve pour l’heure que BA5 serait « plus grave que les autres » contrairement à Delta et Alpha, « les variants sud-africains et anglais ».

Crédits photos : Capture d’écran BFM TV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet