« Une ordure » : Emmanuel Macron violemment insulté par un ancien champion russe de MMA

Sur Instagram, un ancien champion russe de MMA, Khabib Nurmagomedov, s’est attaqué au dirigeant français, Emmanuel Macron. Le sportif lui reproche de défendre les caricatures du prophète Mahomet.

Jamais Emmanuel Macron n’arrêtera de défendre la liberté d’expression. Lors de la cérémonie d’hommage national à Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie assassiné après avoir montré des caricatures de Mohammet à ses élèves, le chef de l’État insistait : « Nous défendrons la liberté que vous enseigniez si bien et nous porterons la laïcité, nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent. » Un discours qui resterait en travers de la gorge de Khabib Nurmagomedov. Le champion du monde poids légers d’arts martiaux mixtes (MMA) s’en est violemment pris à lui sur son compte Instagram, comme le rapportent nos confrères de Ouest-France ce vendredi 30 octobre.

Le sportif de 32 ans, qui a récemment pris sa retraite, n’a pas mâché ses mots. « Que le Tout Puissant défigure cette ordure et tous ses disciples qui au nom de la liberté d’expression insultent la foi de plus d’un milliard et demi de musulmans », a-t-il écrit, en légende d’une photographie du président de la République français, dont le visage se fait piétiner par les traces d’une chaussure. Toujours dans un message en arabe et en russe, Khabib Nurmagomedov a continué de déverser sa haine : « Croyez-moi, ces provocations auront pour eux de graves conséquences car les pieux ont toujours le dernier mot. » Cette même colère envahit le dirigeant de la république russe de Tchétchénie. Quelques jours plus tôt, Ramzan Kadyrov qualifiait Emmanuel Macron de « terroriste ». D’après lui, comme le relatait Ouest-France, l’ancien ministre de l’Économie « appelle secrètement les musulmans à commettre des crimes ».

Il persiste et signe

Dans le monde musulman, la représentation du prophète Mahomet s’avère taboue. Mais Emmanuel Macron, qui a suscité des manifestations de colère, persiste et signe : la France ne cèdera pas. Le 25 octobre dernier, le président de la République réaffirmait les valeurs de son pays. « Nous respectons toutes les différences dans un esprit de paix. Nous n’acceptons pas les discours de haine et défendons un débat raisonnable. Nous serons toujours du côté de la dignité humaine et des valeurs universelles. » En septembre dernier, lors d’une conférence de presse, le chef de l’État précisait qu’il ne pouvait « qualifier le choix éditorial d’un journaliste ou d’une rédaction » afin de préserver « la liberté de la presse ».

Article réalisé avec l’agence 6 Médias

Crédits photos : ALAIN ROLLAND/ IMAGEBUZZ/ BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet