Vaccination : le virologue Bruno Lina est clair, « la dose de rappel remet les compteurs à zéro »

Au micro de RTL, ce dimanche 21 novembre, le professeur Bruno Lina a évoqué l’importance de réaliser une dose de rappel du vaccin anti-Covid-19, afin de protéger davantage la population.

Ce dimanche 21 novembre, RTL a interviewé le virologue Bruno Lina pour parler de la vaccination anti-Covid-19. Auprès de nos confrères, ce dernier a évoqué la nécessité de réaliser une troisième dose de rappel, afin de protéger la population du coronavirus. Selon lui, « un certain nombre d’essais ont montré » que cela « permet de remettre les compteurs à zéro ».

De plus, vacciner une troisième fois permettrait de « retrouver une protection de très haut niveau », d’après le professeur Bruno Lina. Au micro de RTL, le virologue a indiqué qu’il ne faut pas uniquement compter sur une double vaccination : « Lorsqu’on est correctement vacciné avec deux doses, on bénéficie d’une protection à la fois contre l’infection et les formes graves, mais celle-ci décroît au fil du temps. » Le médecin, qui est membre du Conseil scientifique, a également tenu à rappeler que les personnes d’un certain âge et celles qui ne sont pas en très bonne santé doivent prendre conscience qu’elles ne seront pas protégées sur le long terme, sans cette fameuse dose de rappel.

L’objectif ? « Étendre le plus possible cette couverture vaccinale »

« Le niveau de protection baisse au bout de six mois, en particulier chez les plus de 65 ans et les plus fragiles. On retrouve ainsi un petit risque de développer une forme grave, mais surtout, on perd beaucoup de protection face au risque d’infection simple », a affirmé le virologue, qui conseille de réaliser « deux doses avec un mois ou huit semaines d’intervalle entre les deux, puis une troisième dose, six mois après ». Enfin, même si la dose de rappel est conseillée pour les plus de 50 ans, Bruno Lina a estimé qu’il faudrait « étendre le plus possible cette couverture vaccinale, afin de protéger le système de santé et éviter que les malades aillent à l’hôpital, en réanimation ».

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : SIPA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet