Valérie Pécresse “maladroite” avec Nicolas Sarkozy : Nadine Morano sort la sulfateuse

Pendant sa campagne présidentielle, Valérie Pécresse s’est fait un mauvais ennemi : Nicolas Sarkozy. Leur rivalité a privé la candidate des Républicains du soutien de l’ex-président, mais selon Nadine Morano, ce n’était qu’un juste retour des choses.

A propos de


  1. Valérie Pécresse


  2. Nicolas Sarkozy


  3. Nadine Morano

Entre eux, les noms d’oiseaux ont fusé. Jugé trop proche d’Emmanuel Macron et trop peu de la candidate de son parti au cours de l’élection présidentielle 2022, Nicolas Sarkozy s’est attiré les foudres de Valérie Pécresse et de ses sympathisants. Après avoir été hué pendant un meeting de son ex-ministre du Budget, l’ancien président ne s’est pas gêné pour la déprécier auprès de ses collaborateurs. Mais selon Nadine Morano, également dans le gouvernement Fillon en 2010, l’attitude de l’ex-chef de l’État était justifiée. “Dès le début, Valérie Pécresse a été assez maladroite à l’égard de Nicolas Sarkozy. C’est elle qui ne voulait pas de son soutien et il lui a bien rendu”, a-t-elle ainsi avancé sur LCI, ce vendredi 3 juin.

La députée européenne a également rappelé que dès les élections régionales de 2015, Valérie Pécresse avait affirmé ne pas vouloir du soutien de Nicolas Sarkozy. “Dire qu'[il] a laissé tomber sa famille politique, ce n’est pas vrai. (…) Pendant cette présidentielle, lorsqu’elle a gagné [la primaire de la droite, ndlr.], elle n’a pas voulu non plus du soutien de Nicolas Sarkozy. Après elle en a eu besoin et il n’a pas apprécié ses mauvaises méthodes”, a insisté Nadine Morano.

>> PHOTOS – Emmanuel Macron, Valérie Pécresse, Marine Le Pen : les gris-gris mode des politiques français

👉Les Républicains affaiblis, la faute de #Sarkozy ?

🗣️ @nadine__morano
"Je crois que #Pécresse a reconnu qu’elle a été maladroite à l’égard de Sarkozy. Dire qu'il a laissé tomber sa famille politique c’est faux. C’est elle qui n’a pas voulu son soutien."

📺#RuthElkrief2022 pic.twitter.com/guifTBiTR0

Chez Les Républicains, la jeunesse demande du changement

La défaite de Valérie Pécresse à l’élection présidentielle n’aura rien arrangé à sa querelle avec l’ex-locataire de l’Élysée. Après avoir annoncé être “endettée personnellement à hauteur de 5 millions d’euros” pour financer sa campagne, la présidente de la région Île-de-France a refusé la participation de Nicolas Sarkozy et l’a fait savoir. Dominique Roux, le père de la candidate LR, s’est même permis un commentaire. “Valérie a renvoyé le chèque de Sarkozy en disant qu’elle ne veut pas l’aumône mais la solidarité. Ce mec ne sait pas vivre !” avait-il écrit le 7 mai sur sa page Facebook.

Un mois et demi après la réélection d’Emmanuel Macron, c’est le grand ménage chez Les Républicains. Le score catastrophique de Valérie Pécresse au premier de tour de la présidentielle (4,7 %) a démoralisé les jeunes membres du parti qui envisagent désormais un grand nettoyage pour remonter la pente. “Nous ne voulons plus être les gentils garçons. Nous ne sommes plus des observateurs. La fête est finie”, a déclaré Aurélien Pradié, député LR du Lot. Valérie Pécresse fera-t-elle partie des politiques bazardés par la jeune génération républicaine ? Affaire à suivre…

Crédits photos : Grigor Yepremyan / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet