Valérie Trierweiler coquine : "J'ai emballé tout le week-end"

Ce lundi 14 décembre, Valérie Trierweiler était visiblement en pleine forme. Une fois n’est pas coutume, la journaliste s’est laissé aller à une confidence osée sur son week-end pimenté au micro de RTL.

Licenciée de Paris Match après plus de 30 ans de bons et loyaux services en août dernier, Valérie Trierweiler a rapidement rebondi en rejoignant l’équipe des Grosses têtes sur RTL. Aux côtés de Laurent Ruquier, l’ancienne Première dame semble aujourd’hui plus épanouie que jamais, multipliant les allusions coquines et allant même jusqu’à dire tout haut tout le mal qu’elle pense de François Hollande. Ce lundi 14 décembre ne faisant pas exception à la règle, la journaliste a raconté son week-end à ses comparses. Et bien que confinée, elle a semble-t-il trouvé de quoi s’occuper.

Et pour cause ! Valérie Trierweiler a, de son propre aveux, “emballé toute la journée de samedi“. Une allusion coquine qui a intrigué les autres chroniqueurs. Alors qu’elle venait d’attiser la curiosité de son auditoire, l’ancienne Première dame a alors précisé qui elle avait “emballé“, ou plutôt quoi… Car c’est bien des cadeaux pour le secours populaire que la journaliste a “emballés” de papier cadeau. Une déclaration qui a quelque peu déçu Laurent Ruquier, avide d’anecdotes croustillantes, mais sans doute rassuré Romain Magellan avec qui Valérie Trierweiler file le parfait amour depuis bientôt trois ans.

Valérie Trierweiler, très éprise de son conjoint Romain Magellan

Meurtrie par la découverte de la liaison entre François Hollande et Julie Gayet, Valérie Trierweiler a “mis des années à retrouver confiance en elle”, comme elle le confiait à Paris Match, et de poursuivre : “Quand on a été quitté comme je l’ai été, refaire confiance à un homme, ça prend du temps”. Une rupture difficile qui lui permettra pourtant de rencontrer son conjoint actuel. Invitée à un événement caritatif organisé par le Secours populaire en janvier 2018, elle fait la rencontre du rugbyman Romain Magellan. “Ce n’était pas seulement le bon moment. Il était surtout la bonne personne. Lui n’est pas président, mais il préside mon cœur“, se réjouissait-elle alors.

Source: Lire L’Article Complet