VIDEO Affaire conclue : un acheteur passe à deux doigts de la casse, le pire est évité

En observant sous tous leurs angles les objets apportés par les vendeurs dans Affaire conclue, commissaires-priseurs et acheteurs frôlent parfois la catastrophe. C’est Djamel Bentenah qui a failli faire une belle bourde ce mercredi 31 mars.

Sophie Davant

Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne font pas d’erreurs. Cet adage colle plutôt bien aux personnages qui font l’émission d’Affaire conclue, programme quotidien d’enchères diffusé sur France 2. De Sophie Davant aux commissaires-priseurs en passant par les vendeurs ou encore les acheteurs eux-mêmes, nul n’est à l’abri d’un petit couac très embarrassant. Un commissaire-priseur avait par exemple cassé l’un des éléments d’une cave à liqueur sous les yeux de sa vendeuse. Un moment très gênant dont Sophie Davant s’était d’ailleurs délectée. Mais l’animatrice avait elle aussi frôlé la catastrophe lors d’une expertise. En examinant un paravent de Chine, la propriétaire de Raoul avait manqué d’abîmer l’objet du vendeur, inquiet. Les erreurs arrivent, tout le monde y passe et ce mercredi 31 mars, c’est Philippe, 52 ans, originaire de Corrèze, fief de François Hollande, qui a failli en faire les frais. En apportant un encrier plutôt lourd en bronze, il ne s’attendait sans doute pas à ce que l’un des acheteurs manque de le réduire en miettes (enfin presque).

Tout près de l’accident

Acquis dans un vide-maison dont Philippe était reparti avec un lot d’objets, l’encrier avait un fort potentiel. Malgré une petite estimation de 80 euros par Marie Renoir, l’objet de décoration a trouvé grâce aux yeux des acheteurs. Si Alexandra Morel, Julien Cohen et Damien Tison se sont battus pour en devenir l’heureux propriétaire, Djamel Bentenah a mis son grain de sel.

L’achetuer a bien failli ne pas avoir le choix que de repartir avec. En demandant à Damien Tison de lui faire passer l’encrier, Djamel Bentenah a eu la mauvaise surprise de voir qu’un élément, l’un des quatre pieds indispensables à l’objet, s’était décroché du socle : « Ah la boulette ! », entend-on avant que le vendeur ne rassure la bande, « Non, ce n’est rien ! Il doit y avoir un pas de vis ». Il n’en a pas fallu plus à Damien Tison pour taquiner son confrère : « Maintenant que tu l’as pété tu peux l’acheter ! » Cette petite phrase n’a toutefois pas fait rire Djamel Bentenah, trop concentré à remettre en place la partie qui s’était fait la malle : « Je ne l’ai pas pété, il est dévissé, c’est tout ! » C’est finalement en un seul morceau et à 310 euros que l’acheteur a conclu l’affaire. Une belle vente pour Philippe !

Source: Lire L’Article Complet