VIDEO – « Ce qu’il se passe à Vegas… » : Marlene Schiappa ose une petite blague

Sur le plateau de la matinale de Cnews ce vendredi 16 juillet, Marlène Schiappa a osé une comparaison audacieuse, mettant en parallèle l’enceinte du conseil des Ministres et Las Vegas…

L’Élysée et Las Vegas, deux salles, et plutôt la même ambiance, celle de la loi du silence. C’est la comparaison qu’a osée Marlène Schiappa avec un brin d’humour, lors de son passage sur le plateau de Cnews ce vendredi 16 juillet. Le journaliste en face d’elle vient de lui demander si la convocation d’Éric Dupond-Moretti devant la Cour de Justice de la République avait été abordée en conseil des Ministres ce mardi 13 juillet, notamment par Emmanuel Macron, quand la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté a esquivé par une boutade.

Ce qu’il se passe au conseil des ministres reste au conseil des ministres, c’est comme Las Vegas, ce qui se passe à Vegas reste à Vegas” a-t-elle souri. Marlène Schiappa, qui a défendu aux côtés d’Éric Dupond-Moretti et de Gérald Darmanin le projet de loi confortant le respect des principes de la République, surnommée “loi séparatisme”, n’a pas tari d’éloges sur son collègue de la place Vendôme.

Je trouve que l’action du garde des Sceaux en tant que ministre de la Justice puisque c’est ce dont il s’agit politiquement, elle est salutaire. (…) Et moi j’ai toujours pu compter sur Éric Dupond-Moretti et sur son soutien pour des mesures volontaristes comme pour la lutte contre la polygamie, la lutte contre les mariages forcés, la lutte contre les certificats de virginité.'” a énuméré l’ancienne secrétaire d’Etat chargée de l’égalité Femmes-hommes. “Il a été une voix forte et il continue de l’être pour défendre un certain nombre de droits. Moi je ne connaissais Éric Dupond-Moretti quand il a été nommé au gouvernement, je regardais en distance cette nomination et ensuite j’ai eu l’occasion de travailler avec lui pendant maintenant une année scolaire, et de découvrir avec beaucoup de plaisir cet homme sincère, engagé, très professionnel et qui a à cœur de transformer la justice, et c’est ce qu’il fait.“, conclut-elle.

“Je suis respectueuse de la séparation des pouvoirs”

Interrogée sur le “problème démocratique” qui pourrait être posé par la poursuite en justice d’un ministre en exercice, Marlène Schiappa a de nouveau botté en touche, invoquant son respect de la “séparation des pouvoirs” pour ne pas donner “un avis sur ce que fait le pouvoir judiciaire“.

Une façon comme une autre de garder le silence sur un dossier qui n’aura pas manqué de faire réagir l’exécutif, comme Emmanuel Macron, qui a réitéré son soutien à son ministre dans les colonnes du Parisien ce vendredi 16 juillet. Éric Dupond-Moretti était ce même jour convoqué par la Cour de Justice de la République pour des soupçons de “prise illégale d’intérêt“, et été mis en examen par les magistrats plus tard dans la journée.

Crédits photos : Capture d’écran Cnews

Autour de

Source: Lire L’Article Complet