VIDEO – Christophe Alévêque en colère « on n’est pas bien physiquement »

Le monde de la Culture s’est donné rendez-vous dans la rue ce mardi 15 décembre pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement en cette crise sanitaire. Christophe Alévêque a fait entendre sa voix, au micro de Cnews.

A propos de

  1. Christophe Alévêque

Les professionnels du secteur de la Culture se sont donnés rendez-vous dans la rue ce mardi 15 décembre pour dénoncer la décision du gouvernement de prolonger la fermeture des lieux culturels en raison de la crise sanitaire. Interrogé au micro de Cnews, Christophe Alévêque a fait part de sa colère. “On a plus l’impression d’avoir a faire à une décision politique, pour montrer à la population ‘regardez,vous avez vu, on agit sur la pandémie, on fait quelque chose’, et nous, nous sommes le prétexte pour montrer que le gouvernement agit a expliqué avec agacement le comédien.

Face à un secteur qui souffre depuis des mois, Christophe Alévêque veut tirer la sonnette d’alarme. “On est empli de colère, une colère froide, parce que quand on entend le Premier ministre avec ses accents de prof de province, ‘on fait tout ça pour sauver votre santé’ là dans nos métiers, il est en train de nous la ruiner” a-t-il souligné, avant de faire état d’une situation très préoccupante : “Nous n’allons pas bien pour beaucoup physiquement, moralement, mentalement. J’ai certains amis qui pensent malheureusement à faire des conneries. Nous allons très mal, il faut s’en rendre compte” s’inquiète le comédien.

“L’exception culturelle n’est pas l’exception sanitaire”

Au micro de Europe 1 ce mardi 15 décembre, Jean Castex a fait savoir qu’il ne pouvait pas garantir la réouverture des lieux culturels le 20 janvier prochain, assurant qu’il n’y avait néanmoins “pas la moindre marque de mépris”, mais en soulignant que “le monde de la culture, n’est pas un secteur comme un autre, mais l’exception culturelle n’est pas l’exception sanitaire”. Un nouveau coup dur pour le secteur qui navigue dans le flou depuis des mois. De nombreux artistes sont montés au créneau pour faire entendre leur indignation et leur colère. De son côté, Roselyne Bachelot souligne qu’elle entend cette colère et qu’elle se bat sans relâche. La ministre de la Culture a demandé une aide de 35 millions d’euros supplémentaires pour aider le secteur.

Crédits photos : Capture Cnews

Source: Lire L’Article Complet