VIDEO – « Comme sur les scènes de crime » : chez Pascal Praud, Didier van Cauwelaert dénonce la fermeture des libraires

La fermeture des librairies lors de ce second confinement provoque la colère d’un grand nombre d’écrivains. Invité sur le plateau de l’Heure des pros sur Cnews ce mardi 17 novembre, Didier Van Cauwelaert a fait part de son agacement.

Il n’est pas d’accord et le fait savoir. Après l’appel à la désobéissance de Yann Moix, Didier Van Cauwelaert, a fait part de son indignation face à la fermeture des librairies lors de ce deuxième confinement. “Je voulais relever quelque chose qui m’a un peu choqué, j’entendais tout à l’heure Alain Minc chez vous : ‘le problème des librairies c’est que le seul endroit où on touche des choses'” a répété l’auteur avec incompréhension sur le plateau de l’émission l’Heure des pros sur Cnews ce mardi 17 novembre, avant de s’étonner “et dans les supermarchés on ne touche pas les camemberts ?”

Une situation incomprise par l’écrivain qui a fait part d’une scène marquante vécue il y a quelques jours. “Dans un supermarché, il y a les rayons livres qui sont barrés avec du ruban comme sur les scènes de crime. Je vois un petit garçon qui se dirige spontanément vers les livres, et sa mère lui dit ‘t’approche pas, touche pas, c’est interdit’. Mais quel message on envoie, quel signal ?a déploré l’écrivain.

Les librairies au coeur des discussions

Didier Van Cauwelaert n’est pas le seul à trouver la situation dramatique. Anne Fulda a également fait part de son incompréhension en plateau. En coulisses, Brigitte Macron avait bien plaidé auprès de son mari pour que les librairies restent ouvertes pendant le confinement. Roselyne Bachelot avait également oeuvré pour que les librairies soient considérés comme des “commerces essentiels”. Mais face à la propagation de l’épidémie de la Covid-19, la Première dame et la ministre de la Culture avaient perdu la bataille.

Crédits photos : Capture Cnews

Source: Lire L’Article Complet