VIDEO De la drogue dans la téléréalité ? « C’est une certitude » pour Magali Berdah

Le 6 à 7 avec Montiel est revenu ce jeudi 24 juin sur une séquence de TPMP dans laquelle il était question de circulation de drogue et d’alcool dans Les Anges de la téléréalité. Magali Berdah, agent de nombreux candidats de W9, a mis les choses au clair.

Magali Berdah

Du paradis à l’enfer, il n’y a qu’un pas. L’émission des Anges de la téléréalité en a fait les frais. En début d’année, plusieurs candidates révélaient les sombres coulisses des tournages du programme. Harcèlement, violences, drogues, alcool : Raphaël Pépin était notamment accusé d’être protégé par la production, cette dernière allant même jusqu’à fournir drogue et alcool aux candidats, ce qui expliquerait les comportements violents du compagnon de Tiffany. Face à autant d’accusations, Raphaël Pépin avait eu un droit de réponse dans Touche pas à mon poste. Au bord des larmes, il s’était défendu, avait démenti avoir été violent envers quiconque et avait révélé vouloir porter plainte. L’affaire a mené à l’arrêt de l’émission, remplacée prochainement par un nouveau programme. L’idée que des produits illicites avaient pu être fournis aux candidats a semblé convaincre bon nombre de téléspectateurs, en dépit des démentis de la production. Magali Berdah, agent de plusieurs candidats de téléréalité sur W9, a réagi à ces accusations.

« Je côtoie les producteurs, je les connais »

En ce qui concerne Les Anges, Magali Berdah ne peut pas donner son avis : « Je ne les ai jamais faits donc je ne sais pas ce qui s’est passé à l’intérieur », a-t-elle expliqué. En revanche, si elle est sûre d’une chose, c’est que la production n’est pas directement liée aux consommations de drogue qui peuvent avoir lieu sur les tournages.

« Les producteurs ne donnent pas de drogue, c’est une certitude et je le sais vraiment. Je côtoie les producteurs, je sais leur façon de faire, je les connais », a indiqué Magali Berdah. Si elle ne nie pas la présence de produits illicites dans les villas, elle explique que certains faits peuvent échapper à la vigilance des producteurs, comme l’apport des candidats de leurs propres produits : « Dans tout métier, vous avez des gens qui peuvent prendre de la drogue, boire de l’alcool et c’est inacceptable dans tout métier. Ça doit être condamné, les productions doivent être vigilantes, c’est un fait ». Un mal pour un bien d’après Magali Berdah : « Cette histoire a fait en sorte de se dire “Oula, attention parce que si elles le disent, on va faire beaucoup plus attention parce que c’est inacceptable” ».

Source: Lire L’Article Complet