VIDÉO – “Elle est à la ramasse !” : Elisabeth Borne étrillée par Alexis Corbière

Invité sur le plateau de CNEWS dans la matinale de Romain Desarbres ce jeudi 16 juin, Alexis Corbière s’est exprimé au sujet des résultats du premier tour des législatives. Le député élu en Seine-Saint-Denis en a profité pour tacler Élisabeth Borne et ses propos à l’égard de la Nupes.

A propos de


  1. Alexis Corbière


  2. Elisabeth Borne


  3. Jean-Luc Mélenchon

Alexis Corbière n’a pas apprécié les critiques d’Élisabeth Borne à l’encontre de la Nupes, l’alliance formée par la gauche pilotée par Jean-Luc Mélenchon. À l’issue des résultats du premier tour des législatives, qui donnent la majorité présidentielle quasiment à égalité avec l’union de la gauche, la Première ministre a estimé dans le JT de France 2 ce mercredi que le projet économique de l’Insoumis est « dangereux », notamment en raison de son souhait de sortir de l’Europe. De passage dans la matinale de Romain Desarbres sur CNEWS ce jeudi 16 juin, Alexis Corbière a étrillé l’ancienne présidente de la RATP : « Madame Borne qui est à la ramasse et qui a à peu près la ferveur et l’enthousiasme de je ne sais trop quel objet glacé, vient nous expliquer aujourd’hui qu’au secours ! Jean-Luc Mélenchon arrive », a-t-il lancé.

Alexis Corbière a ensuite fustigé contre le manque de mesures sociales mises en place durant le premier quinquennat d’Emmanuel Macron. « Non mais Madame Borne… j’ai presque de la peine pour elle par moments. Je vais vous dire ce qui est dangereux pour la France : après cinq ans d’Emmanuel Macron, (…). Il y a 12 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté. Ça c’est dangereux pour la France », a-t-il exposé. Et de poursuivre avec une métaphore : « Le chaos, c’est eux. Ils peuvent servir d’épouvantails, mais les épouvantails ça fait peur aux moineaux, pas aux citoyens éclairés. »

Le député réélu dès le premier tour en Seine-Saint-Denis contre la représentante LREM Halima Menhoudj a ensuite lancé un appel aux votes aux électeurs, soulignant que la Nupes a remporté 25,66 % des votes contre 25,75 % pour Ensemble au premier scrutin. « J’ai envie de dire aux Français : « regardez leur inquiétude voire leur affolement. C’est la preuve que nous pouvons gagner dimanche. Donc venez aux urnes ! » Après ce que raconte Madame Borne, qui ça intéresse ? Je crois que même en macronie ça n’intéresse plus personne« , a piqué une dernière fois le lieutenant de Jean-Luc Mélenchon.

>> PHOTOS – Jean-Luc Mélenchon : ces célébrités qui vont voter à gauche aux législatives

« On sent une panique dans le gouvernement » : Sandrine Rousseau confiante

Alexis Corbière n’est pas le premier à souligner la panique qui règne au sein de la majorité présidentielle depuis le 12 juin dernier. Quatre jours avant que les électeurs ne se rendent aux urnes, l’écologiste Sandrine Rousseau avait pressenti la préoccupation des candidats d’Ensemble lors de son interview avec Thomas Sotto dans Télématin. « On sent une panique dans le gouvernement. Ils proposent plein de choses comme ça, à la va-vite, pour essayer de maintenir leur majorité au Parlement », avait analysé celle qui s’est inclinée face à Yannick Jadot à la primaire EELV.

Pour Sandrine Rousseau, ce climat de tension au centre face à la menace de la gauche est positif : « C’est bon signe pour nous. Cette panique veut dire qu’ils ne sont pas sûrs d’avoir la majorité et que nous pouvons gagner. Je veux dire quelque chose aux Français : là il y a quand même un enjeu. C’est d’imposer une cohabitation. Et ça serait la première fois dans cette Ve République que dès l’élection du président, il y ait tout de suite un vote de défense qui lui impose une cohabitation. »

Crédits photos : Capture d’écran CNEWS

Autour de

Source: Lire L’Article Complet