VIDEO « Je vais aller le déboulonner » : Christine Bravo révèle pourquoi elle veut déterrer son père, mort il y a plusieurs années

Ce mercredi 31 mars, Christine Bravo était invitée dans l’émission de Jordan de Luxe sur Non Stop People. Elle s’est ainsi épanchée sur la mort de son père Antonio Bravo et a fait une étonnante confidence : elle a l’intention de le déterrer pour placer sa dépouille dans un endroit cher à son coeur.

Christine Bravo

Il y a des drames dont on ne se remet jamais. Pour Christine Bravo, il s’agit de la mort de son père Antonio Bravo. Originaire de Tolède, en Espagne, ce dernier est décédé à l’âge de 79 ans en avril 2010. Une date que la fidèle collaboratrice de Laurent Ruquier, elle, a préféré oublier. “Je refuse de me souvenir de l’année où est mort mon père. Je ne sais pas, je ne veux ni savoir le mois, ni l’année, je fais un blocage !, a-t-elle fait savoir dans l’émission de Jordan de Luxe sur Non Stop People. Si cet évènement l’a tant traumatisée, c’est car certains comportement l’ont choquée le jour du décès. En effet le croc-mort aurait insisté pour lui montrer les soins qu’il avait prodigués à son père. Une image que l’animatrice de 64 ans ne pouvait pas supporter. Pire, deux policiers lui auraient demandé des autographes au moment de lui montrer la dépouille. Un souvenir encore douloureux pour l’ancienne vedette de Frou-Frou, qui confie : J’ai fait 20 ans de psychanalyse. C’est mon héros, c’est l’homme de ma vie.”

Christine Bravo prête à transgresser la loi

Bien qu’endeuillée par la disparition de son père, Christine Bravo admet ne jamais s’être rendue sur sa tombe. La raison ? Elle n’est pas d’accord avec l’endroit où il a été enterré. “Je sais dans quelle ville il est enterré, mais je vois pas ce qu’il fait là-bas et je ne suis pas contente avec ça. Il m’avait demandé à ce que ses cendres soient répandues en Auvergne dans la ferme où il avait été pendant la Résistance française”, a révélé la sociétaire des Grosses Têtes.

Mais malgré sa promesse, elle n’aurait pas pu empêcher qu’il soit mis en terre “dans un bled”. Une situation à laquelle elle compte bien remédier, en allant tout bonnement le déterrer : “Je vais aller le déboulonner. Je vais le faire. Alors il paraît qu’il y a une plaque. Je m’en fous, je vais y aller, je vais aller le mettre en Auvergne. Il paraît qu’on n’a pas le droit.” Jordan de Luxe a eu beau lui confirmer que cela était effectivement formellement interdit, elle n’a pas l’intention de se laisser dicter quoi que ce soit !

Source: Lire L’Article Complet