VIDEO – « Un ministre en échec » : Eric Dupond-Moretti a les oreilles qui sifflent

Ce lundi 12 juillet, Linda Kebbab, policière et déléguée nationale SGP Police, était invitée dans la matinale de CNews. Interrogée sur le bilan d’Éric Dupond-Moretti après un an passé au ministère de la Justice, la jeune femme n’a pas mâché ses mots pour dire ce qu’elle pensait du Garde des Sceaux.

Éric Dupond-Moretti en a encore pris pour son grade. Après la récente perquisition qui a eu lieu au ministère de la Justice dans le cadre de l’enquête portant sur les soupçons de “prise illégale d’intérêts”, le Garde des Sceaux a été quelque peu malmené, par Linda Kebbab, à l’antenne de CNews. Invitée ce lundi 12 juillet sur la chaîne d’information en continu, la policière de profession et déléguée nationale de SGP Police, a évoqué la situation dans les prisons et en a profité pour dire quelques mots de l’action du ministre de la Justice, en poste depuis un an. Il n’est pas tourné vers les victimes. Là où nous, nous pensons aux victimes, que nous estimons qu’une sanction pénale doit d’abord réparer une victime, protéger la société et notamment punir un coupable et ensuite le réinsérer, finalement il n’y a que ce dernier point qui intéresse le ministre. Sauf qu’il ne met pas les moyens de réinsertion. Donc on a un ministre qui est en échec“, a estimé l’invitée de la matinale de CNews.

Suite aux propos tenus à l’antenne par la policière, le journaliste de CNews lui a demandé si elle était d’accord avec les termes employés par Marine Le Pen, qui a qualifié le Garde des Sceaux de “ministre des délinquants et des prisonniers.” Et Linda Kebbab de répondre : “Moi je ne dirais pas que c’est le ministre des délinquants parce que je trouve que c’est injurier et je n’utilise pas de langage grossier (…) Sauf que, factuellement, depuis qu’il est là, on a des diffusions de circulaires et des politiques qui sont menées qui ne sont pas du tout favorables ni aux victimes, ni à la société, mais qui sont plutôt favorables aux bonnes conditions des détenus“, a-t-elle observé, et de conclure : “Ce n’est pas une mauvaise chose, mais ça ne doit pas être que ça.”

Éric Dupond-Moretti en mauvaise posture ?

Entre la déroute de LREM aux dernières élections régionales, la possible mise en examen pour “prise illégale d’intérêts” et un oubli de 300.000 euros dans sa dernière déclaration d’impôts, les mésaventures se sont accumulées pour le compagnon d’Isabelle Boulay. Une situation problématique pour le Garde des Sceaux, qui n’a pas manqué de faire jaser dans les rangs de la majorité : “Il n’y a que des mauvaises solutions“, a confié un poids lourds du groupe LREM à l’Assemblée Nationale, auprès du Monde, le 9 juillet dernier. “S’il démissionne, c’est donner raison aux syndicats de magistrats, ce qui pose tout de même un problème dans une démocratie. S’il reste, sera-t-il en capacité de peser face à ces mêmes syndicats ou dans les arbitrages ?“, s’est-il interrogé. Pour l’heure, l’ancien ténor du barreau, qui a été convoqué devant la Cour de justice de la République le 16 juillet, a fait savoir qu’il était “serein.” Pour combien de temps ?

Crédits photos : Capture d’écran CNEWS

Autour de

Source: Lire L’Article Complet