Vincent Cassel "choqué" : son coup de gueule contre une loi polémique

Vincent Cassel est consterné. Sur Instagram samedi 21 novembre 2020, l’acteur a fait part de son indignation concernant l’adoption de la loi sur la sécurité globale par l’Assemblée nationale.

  • Vincent Cassel

C’est un projet de loi qui avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux, et dont l’un des articles, le plus controversé, a été adopté vendredi 20 novembre 2020 à l’Assemblée nationale. Il s’agit de la loi de sécurité globale, dont l’article 24 interdit de diffuser de façon malveillante l’identité de policier ou gendarme. Il prévoit également de pénaliser d’un an de prison et d’une amende s’élevant à 45.000 euros, toute personne à l’initiative de la diffusion de l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un membre des forces de l’ordre durant l’exercice de ses fonctions, lorsque celle-ci a pour but de porter atteinte à son intégrité physique ou psychique. Une loi jugée liberticide par de nombreux citoyens, associations mais aussi la Défenseure des droits, Claire Hédon. Sur son site internet, la quinquagénaire a clairement mis en cause la pertinence de cet arrêté. L’infraction prévue par cette proposition de loi n’est pas nécessaire à la protection des policiers et gendarmes, porte atteinte de manière disproportionnée à la liberté d’expression, et crée des obstacles au contrôle de leur action“, a-t-elle déclaré. Un avis partagé par de nombreuses célébrités, parmi lesquelles Vincent Cassel.

Vincent Cassel réagit à l’adoption de l’article 24 de la loi sur la sécurité globale

Indigné, Vincent Cassel a informé sa communauté de la validation de l’article 24 de la loi sur la sécurité globale au sein de l’Assemblée nationale “L’article 24 visant à interdire de filmer la police a été adopté“, a déclaré l’époux de Tina Kunakey sur Instagram, avant de faire part de sa consternation :Choquant. L’Assemblée compte 577 députés. Seulement 182 votants (présents). 146 votes pour, 24 votes contre. Par qui sommes-nous gouvernés ? Et représentés ?“. Une opinion partagée par de nombreux internautes. “On devrait leur retirer une part salariale pour absentéisme.… Ce serait déjà la base… Ils se foutent de nous”, “On est heureux de constater que 182 personnes décident de nos vies“, “Un classique, voter les réformes importantes quand personne n’est là…“, peut-on lire en réaction. Voilà une décision qui devrait, une nouvelle fois, faire réagir la Toile.

>>> Cliquez ici pour voir la publication

Source: Lire L’Article Complet