Violences policières : Soprano, inquiet pour l’avenir de ses enfants

Dans son nouvel album Chasseur d’étoiles, Soprano s’exprime pour la première fois, en musique, sur le racisme. Une thématique qui lui tenait à cœur, en tant que père de trois enfants métisses, comme il l’explique dans les colonnes du Parisien, jeudi 2 septembre 2021.

Restez informée

Dans le sillage du mouvement Black Lives Matter, les voix de nombreux artistes se sont élevées contre les violences policières. Après la mort de George Floyd, le 25 mai 2020 à Minneapolis, aux États-Unis, des manifestations ont eu lieu au-delà des frontières, et des personnalités publiques, à l’instar de Harry Roselmack ou Camélia Jordana, ont exprimé leur colère. Plus d’un an après ces événements, Soprano dénonce, à son tour, les discriminations dans son nouveau album intitulé Chasseur d’étoiles, et disponible dès vendredi 3 septembre 2021. En tant que père de famille, il s’inquiète pour l’avenir de ses enfants.

“Dans Racine, j’aborde le racisme, mais du côté du papa de trois enfants métisses que je suis”, confie Soprano dans les colonnes du Parisien, interrogé par des lectrices, jeudi 2 septembre 2021. Et de poursuivre : “Quand on voit ce qui s’est passé avec George Floyd, les bavures policières en France comme aux États-Unis, je ne peux pas promettre à mes gamins qu’un jour, ils ne subiront pas un contrôle au faciès. Ce morceau explique qu’on est fatigués, que rien n’a changé.” Le chanteur de 42 ans et sa femme Alexia M’Roumbaba ont eu leur premier enfant, Inaya, en 2007. Puis, les tourtereaux ont accueilli deux autres enfants, Lenny, en janvier 2009 et Luna, née en mars 2012. Une famille complice, bien que le couple reste discret dans les médias et sur les réseaux sociaux.

“Le premier rappeur, black, musulman” dans The Voice

À l’occasion de cette interview un peu spéciale, Soprano revient également sur son expérience dans The Voice Kids, sur TF1, en tant que jury. Une proposition qu’il a acceptée sans aucune hésitation, et qui représente beaucoup : “C’est mon émission préférée et quand on m’a proposé, j’ai dit oui. Avec, sur les épaules, beaucoup de choses : le premier rappeur, black, musulman. Donc c’est encore un super message”, confie-t-il, cité par Le Parisien avant d’ajouter : “Je me suis régalé. Je ne peux pas le faire cette année parce que j’ai la tournée, mais ça ne veut pas dire que je n’y retournerai pas.”

Source: Lire L’Article Complet