Yannick Jadot fustige Éric Zemmour et « ses pulsions de mort et de suicide collectif »

Alors qu’il ne veut pas alimenter le « show » de précampagne d’Éric Zemmour, le candidat écologiste Yannick Jadot en parle tout de même dans le JDD ce dimanche 21 novembre en évoquant « les pulsions de mort et de suicide collectif » du polémiste.

« Cette précampagne est un show ! Mais les Français attendent des réponses sérieuses à leurs difficultés du quotidien. » Dans les colonnes du JDD ce dimanche 21 novembre, le candidat écologiste à l’élection présidentielle de 2022 Yannick Jadot déplore le ton trop léger à son goût de ce début de campagne marqué par les déclarations et actions d’Éric Zemmour. Même s’il n’a pas encore officialisé sa candidature, le polémiste qui a brandi, avec humour, une arme face aux journalistes lors de sa visite au salon Milipol en octobre dernier, ne cesse de focaliser l’attention et les débats. De quoi agacer Yannick Jadot qui ne mâche pas ses mots. « Notre projet, ce sera les pulsions de vie et non les pulsions de mort et de suicide collectif portées par Zemmour. Il veut réécrire le passé, je veux écrire l’avenir », tranche celui qui a remporté la primaire des Verts face à Sandrine Rousseau fin septembre.

Même s’il perd un peu de terrain dans les sondages, Éric Zemmour reste à des niveaux assez élevés (12% d’intention de votes soit -1% selon une étude OpinionWay parue le 18 novembre). Dans ce contexte, de nombreuses personnalités politiques ont fait le choix de lui répondre, quand d’autres, comme Anne Hidalgo, refuse de débattre avec celui qui a déjà été condamné pour provocation à la haine raciale. « Ma façon de lui répondre est de proposer une alternative », explique dans le JDD Yannick Jadot. « Je veux montrer qu’il y a un projet diamétralement opposé à celui qu’il porte, et que porte malheureusement une partie de la droite. S’ils s’enferrent dans le désespoir, nous renouerons, nous, avec l’espoir », lance-t-il dans l’hebdomadaire en se positionnant ainsi en opposant, à Éric Zemmour, mais aussi au président de la République. Ce dernier n’a pas encore annoncé sa candidature mais devrait logiquement briguer un second mandat.

« La violence de Zemmour »

« Les valeurs de la République – liberté, égalité, fraternité – ne sont pas un musée, une langue morte, mais des principes d’action ! Nous le devons à notre jeunesse. Nous leur devons d’en finir avec la violence de Zemmour et l’inaction de Macron », martèle Yannick Jadot, qui veut convaincre ses potentiels électeurs qu’il existe encore un espace, mais aussi un espoir de voir un président écologiste arriver à l’Élysée en 2022.

Une autre possibilité existe pour faire arriver les idées vertes au pouvoir : une alliance Hidalgo-Jadot, qui serait plébiscitée par 53% des électeurs de gauche, selon un sondage Ifop dévoilé par le JDD. « Je ne vois que l’écologie pour nous réconcilier avec notre avenir et entre nous. Avec Zemmour, le seuil d’entrée au second tour a baissé. Il y a une perspective de victoire écologiste et sociale. On peut gagner », assure Yannick Jadot dans le journal.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Sandrine Thesillat / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet