Yannick Jadot « un danger pour la gauche » ? Sa victoire à la primaire écolo pourrait inquiéter ses adversaires

Au lendemain de la victoire de Yannick Jadot au second tour de la primaire écologiste, Le Figaro s’est entretenu avec Jean-Daniel Lévy, directeur délégué de l’Institut d’études marketing et de sondage d’opinion Harris Interactive France, dans son édition du 29 septembre 2021. Au fil de l’entretien, il analyse la réussite du candidat de l’écologie “réaliste”, qui n’est pas sans conséquence pour les socialistes, comme pour les Insoumis.

“Sur le papier il ne devait pas gagner”, et pourtant Yannick Jadot est sorti victorieux de la primaire écologiste, mardi 28 septembre, avec 51,03 % des voix. Une seconde chance pour le candidat d’Europe Ecologie-Les Verts, qui l’avait déjà emporté lors de la primaire de 2016, avant de se rallier au candidat PS Benoît Hamon. Favori du scrutin, l’eurodéputé fait désormais route vers les présidentielles de 2022. Mais, cette fois il l’a assuré, il ne se rangera pas derrière les socialistes, les Insoumis ou les communistes.

Victorieux, l’eurodéputé “n’a pas peur d’aller au combat” et fait d’ores et déjà trembler Anne Hidalgo et Jean-Luc Mélenchon, qui préféreraient le voir rejoindre leurs rangs : “S’il n’avait pas été élu, Yannick Jadot aurait sûrement fait l’objet de convoitise, à la fois du côté des socialistes et des communistes”. En présentant une écologie “qui ne vise pas forcément à transformer l’ensemble de la société française mais qui dit qu’il y a des ressorts qui existent dans la société civile et également du côté des entreprises”, le candidat a de grandes chances de prendre des voix à ses concurrents directs. Il peut donc “être davantage considéré comme un danger, aussi bien par les socialistes que par les Insoumis”.

Toutes générations rassemblées, nous allons apaiser, réparer et reconstruire la France parce que nous l’aimons. Merci !
Vive l’écologie, vive la République, vive la France !
➡️ https://t.co/NS26SW6hs4 #2022lecologie pic.twitter.com/aqIQV8W5vJ

Un sérieux concurrent

La victoire de l’écologie “réaliste” démontre que “les écologistes considèrent, plus encore que par le passé, qu’il faut faire la meilleure performance possible à l’élection présidentielle. Et en regardant les intentions de votes à l’heure actuelle, Yannick Jadot est le mieux placé pour réaliser cela, explique Jean-Daniel Lévy dans les colonnes du Figaro. De quoi faire trembler la gauche !

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet