Alexandra Van Houtte, Céline Pham… Les tips de 5 entrepreneures pour optimiser son agenda

Dirigeantes, entrepreneures, publicitaires ou designers, elles nous épatent. Voici leurs conseils pour être plus efficaces et mieux vivre le rythme effréné du travail.

Entrepreneure, dirigeante d’une agence de pub, cheffe cuisinière… Elles mènent des vies à 100 à l’heure et doivent sans cesse jongler entre vie professionnelle et personnelle. Tous les moyens sont permis pour parvenir à résoudre l’équation, sans y laisser trop d’énergie. Parce qu’une nouvelle année – si particulière – vient de démarrer, cinq femmes dirigeantes ont accepté de partager avec Madame Figaro leurs conseils pour rester le mieux organisées au travail toute l’année. Même si toutes s’accordent à le dire : il n’y a pas de recette miracle !

Delphine Drutel, directrice générale de l’agence publicitaire Rosapark

Delphine Drutel, directrice générale de Rosapark.

Tenir un agenda millimétré

«Le dimanche, j’aime me poser pour visualiser tous les rendez-vous importants de ma semaine, savoir quand mon mari va être en déplacement, quand booker la baby-sitter pour ma fille de 4 ans… Ça me permet d’anticiper les journées intenses et celles qui le seront moins. Je mets tout à plat sur mon agenda papier et j’optimise les temps morts. Par exemple : du lundi au vendredi, pendant la pause déjeuner, j’inscris automatiquement “sport” entre midi et 14 heures. De cette manière, je m’oblige à garder ces temps qui m’appartiennent et qui sont essentiels pour faire le plein d’énergie. Autre astuce : tous les jours, j’arrive et je repars du bureau à pied. Je profite de ce moment pour passer des appels pro ou perso, et encore une fois, en arrivant au bureau ou à la maison, je note tout sur mon agenda. Structurer ma semaine et l’écrire noir sur blanc allège ma charge mentale.»

Son appli fétiche ? To Do pour rédiger sa to-do list et ainsi dégager de l’espace mental. «Testée et approuvée !»

Alexandra Van Houtte, fondatrice de Tagwalk, le “Google de la mode”

Alexandra Van Houtte, fondatrice de Tagwalk.

Se (re)mettre au sport

«J’ai profité du confinement pour revoir mon organisation et redéfinir ce qui était important pour moi. En l’occurrence, j’ai décidé de me remettre au sport. Désormais, chaque jour, avant d’arriver au bureau, je fais 1h30 d’elliptique. C’est très bénéfique : j’ai de l’énergie et cela me permet aussi de libérer toutes les tensions que j’accumulais auparavant au fil des jours. Maintenant, j’arrive la tête fraîche au travail et je me sens prête à affronter une nouvelle journée. Je suis d’autant plus sereine que j’ai une autre routine dont je ne démords jamais : consulter mon agenda sur Google quelques minutes le soir. Je regarde si j’ai des rendez-vous pro importants, si c’est l’anniversaire d’un de mes employés, si certains partent en vacances… Avoir une vision globale de la journée à venir m’apaise et me permet de me préparer psychologiquement.»

Son appli fétiche ? Audible, l’appli d’Amazon dédiée aux livres audio. «En raison de mon emploi du temps déjà chargé, je n’avais pas toujours le temps de lire. Forcément, ça me faisait culpabiliser jusqu’à ce que je découvre appli qui m’a vraiment changé la vie. Je télécharge des livres divers et variés, je les écoute dès que je peux : lors de mes trajets, dans la salle d’attente… On apprend des choses tout en se divertissant. J’adore !»

Zoé de Las Cases, designer et décoratrice d’intérieur

Zoé de Las Cases, designer et décoratrice d’intérieur.

Équilibrer les jours off et on

«À vrai dire, depuis le confinement, ma routine a totalement été chamboulée. Alors que j’avais toujours vécu et travaillé à Paris, j’ai décidé de m’installer dans ma maison de campagne en Normandie. Néanmoins, je tiens à garder mon appartement au cœur de la capitale, qui s’avère être un pied-à-terre idéal. Même si le trajet ne dure qu’une heure, j’essaie de compiler tous les rendez-vous à Paris sur une à deux journées maximum, pendant lesquelles mon mari prend le relais à la maison avec mes deux enfants (7 et 5 ans). J’en profite pour voir mon équipe, valider les projets… Bref, c’est intense. Les autres jours, depuis ma campagne, je télétravaille. Mais dans tous les cas, j’ai une même règle : des horaires flexibles. C’est indispensable pour moi qui ai un métier créatif. Si je sens que j’ai besoin d’une journée off, je me l’autorise. Cela étant, il peut aussi arriver que je travaille non-stop jusqu’à deux heures du matin. En fait, je m’écoute : si j’ai besoin de décrocher, je décroche ; si je dois rester concentrée, je ne m’arrête pas. C’est le mode d’organisation qui fonctionne le mieux pour moi !»

Son appli fétiche ? «Je ne suis malheureusement pas la reine des applis… Mais quand j’ai besoin de décrocher, je me rends aux musées ou à des expositions.»

Charlotte Dereux, fondatrice de la marque de mode éthique Patine

Charlotte Dereux, fondatrice de Patine.

Faire des to-do lists

«Avec trois enfants, pour me désencombrer l’esprit, une seule solution : tout écrire. Sinon, j’oublie forcément des choses. Pour y voir plus clair, j’utilise l’appli Notes de mon smartphone, tout simplement. J’y crée plusieurs listes que je priorise : les tâches urgentes (à faire dans les deux heures) ; les tâches qui le sont moins ; les projets à venir ; et mes idées en vrac, projets, inspirations… J’applique le même système pour la vie perso. Chaque jour, je les consulte et les reclasse en fonction de ce que j’ai accompli ou pas.»

Son appli fétiche ? «J’aime bien monday.com que j’utilise pour travailler avec mon équipe sur des projets de plus grand ampleur. On y suit le travail de chacun en temps réel, c’est pratique et concret.»

Céline Pham, cheffe itinérante

Céline Pham, cheffe et fondatrice de Phamily.

S’adonner à une activité manuelle

«J’ai récemment changé mon mode de vie et de fonctionnement. Jusqu’à présent, mon rythme était plutôt frénétique. J’allais tous les jours à la salle de sport pour faire descendre l’adrénaline des services en cuisine, qui me maintenaient dans un trop haut niveau d’intensité physique et émotionnelle. Aujourd’hui, je veux prendre davantage de temps pour moi. C’est important quand on a un métier comme le mien où tout est millimétré et chronométré : les cuissons, la valse des casseroles qu’on lave puis qu’on réutilise… Mais ça n’a pas de sens de chercher à équilibrer les plats, à s’entraîner à atteindre la perfection des goûts si on n’applique pas cet équilibre dans sa vie. L’an dernier, j’ai donc décidé de m’inscrire à un atelier de poterie une fois par semaine. Un momen-clé de mon agenda. J’aime apprendre chacune des étapes de fabrication. Ça me permet de ne pas trop réfléchir au reste ; l’espace d’un instant, je décroche et je rentre dans un état quasi méditatif. Et finalement, ma créativité n’en est que boostée. La recette gagnante, en somme.»

Son secret pour souffler ? «L’atelier Clay dédié à la pratique de la céramique, dans le XIe arrondissement de Paris. Et les cours dispensés par l’artiste Clément Garcia, installé au Pré-Saint-Gervais, dont j’adore le travail.»

Source: Lire L’Article Complet