Anne-Elisabeth Blateau (Scènes de ménages) insulte des policiers et finit à l’hôpital

Ce mardi 29 juin, Anne-Élisabeth Blateau a été hospitalisée en état d’ivresse. Selon les informations de nos confrères de Closer, la comédienne de "Scènes de ménages" venait d’avoir une altercation avec des policiers.

Coup dur pour Anne-Élisabeth Blateau. Selon les informations de nos confrères de Closer, la comédienne révélée au grand public grâce à la sitcom Scènes de ménages, diffusée sur M6, a été hospitalisée dans la journée de ce mardi 29 juin 2021. Aux alentours de 14h45, la femme de 44 ans a été prise en charge après une violente altercation avec des policiers. À Montreuil, les pompiers ont dû intervenir dans un immeuble de la ville de Seine-Saint-Denis, après avoir été alertés par les forces de l’ordre.

À l’intérieur du logement, Anne-Élisabeth Blateau se trouvait sous l’emprise de l’alcool et était "particulièrement agressive", peut-on lire. Les forces de l’ordre seraient intervenues pour tapage, après avoir reçu plusieurs plaintes de la part du voisinage. Une fois sur place, Anne-Élisabeth Blateau aurait violemment outragé plusieurs membres des services de police. Peu après, les pompiers sont arrivés à leur tour. Ils ont pris en charge l’interprète d’Emma, la compagne de Fabien (David Mora), puis l’ont transportée à l’hôpital. Les policiers ont précisé qu’ils ne déposeraient pas plainte, toujours selon nos confrères de Closer.

Anne-Élisabeth Blateau poursuivie pour "violences" en 2019

Ce n’est pas la première fois qu’Anne-Élisabeth Blateau rencontre des problèmes avec les forces de l’ordre. Dans la nuit du 5 au 6 septembre 2019, les pompiers étaient intervenus à son domicile parisien, pour une suspicion de traumatisme crânien. La comédienne, en état d’ivresse, avait agressé physiquement et verbalement les policiers. Des agents de la BAC avaient dû se rendre sur place afin de la neutraliser et la conduire en garde à vue. Elle avait été poursuivie pour "violences et outrages sur personnes chargées d’une mission de service public" et "violence à raison de l’orientation sexuelle". Quelques jours plus tard, Anne-Élisabeth Blateau avait présenté ses excuses sur ses réseaux sociaux. "J’ai honte de n’avoir été que l’ombre de moi-même, honte d’avoir eu une attitude exécrable. Je leur demande de me pardonner comme je vous demande pardon à vous tous qui me soutenez et me donnez l’énergie de remonter cette pente", regrettait-elle.

Source: Lire L’Article Complet