Arthrose : genouillère, orthèse… quelle solution pour soulager les douleurs ?

L’arthrose au genou est souvent source de douleurs. Quels dispositifs existent pour les soulager ? Comment les utiliser ? On fait le point.

Avec le Dr Philippe Loriaut, chirurgien orthopédiste à Paris

Restez informée

Avec 10 millions de français concernés, dont deux tiers des plus de 65 ans, l’arthrose est la maladie articulaire la plus répandue. Elle correspond à une usure prématurée du cartilage et peut toucher toutes les articulations. Parmi les plus fréquentes, l’arthrose du genou, aussi appelée gonarthrose, entraîne des douleurs qui peuvent être invalidantes.

Pour soulager ces douleurs et vous aider dans les différentes activités du quotidien, votre médecin peut vous prescrire un dispositif de soutien du genou. Il en existe trois types :

  • La genouillère de maintien souple
  • La genouillère de maintien rotulien
  • Les attelles ou les orthèses avec armatures.

Une genouillère souple pour l’arthrose légère

« La genouillère de maintien en tissu est parfaitement souple », explique le Dr Philippe Loriaut, chirurgien orthopédiste à Paris. « En appliquant une légère pression au niveau du genou, elle procure une sensation de confort et de maintien du genou pour soulager la douleur ». Dans le cas de l’arthrose, elle ne sera utile que pour une arthrose légère et une gêne modérée.

Une genouillère de maintien pour la rotule

La genouillère de maintien rotulien, ensuite, présente un rond à placer autour de la rotule. « C’est un renfort qui fait en sorte que la rotule reste parfaitement dans l’axe et ne bouge pas. », explique le spécialiste. Plus rigide que la genouillère en tissu, elle est utile quand l’arthrose affecte la rotule. En empêchant le mouvement de cette partie du genou et en la forçant à rester centrée, cette genouillère limite donc les douleurs.

Attelles et orthèses : des genouillères avec armatures

Enfin, les attelles ou les orthèses sont des genouillères qui possèdent des armatures en aluminium. « Elles sont utiles quand l’arthrose touche les compartiments fémoro-tibiaux, situés entre l’os du fémur et celui du tibia », souligne le Dr Loriaut. Ces dispositifs contraignent le genou de manière à lever les contraintes qui s’exercent sur ces compartiments et corrigent l’axe de la jambe.

Plus encombrantes et moins discrètes que les deux premières, elles sont aussi moins prescrites. D’autant qu’elles présentent une contre-indication : « les points de pression qu’elles exercent peuvent être sources de douleurs chez les patients qui souffrent d’une mauvaise circulation veineuse dans les jambes », poursuit le spécialiste.

Quand porter ces genouillères ?

« Puisqu’elles soulagent les douleurs, autant les porter dès que l’on marche », conseille le chirurgien orthopédiste. Discutez-en avec votre médecin qui vous prescrira le dispositif adapté à votre situation personnelle. Mais attention, la genouillère ne se suffit pas à elle-même ! « En aucun cas la genouillère ne remplace le renforcement musculaire, au contraire : cela risquerait d’affaiblir les muscles et de rendre le genou paresseux ».

Même en cas d’arthrose, continuez à pratiquer un sport en portant au besoin une genouillère. Car le meilleur traitement de l’arthrose reste la pratique régulière d’une activité sportive, comme la marche ou le vélo.

Merci au Dr Philippe Loriaut, chirurgien orthopédiste à Paris

Source: Lire L’Article Complet