Avec Isabelle Dubern-Mallevays, la fine fleur du design désormais accessible en ligne

L’entrepreneure, qui a travaillé pour Dior Maison et Dyptique, lance une boutique digitale dédiée à l’artisanat d’exception, et qui fait la part belle aux matériaux recyclés. Rencontre.

Madame Figaro. – Une heure de réveil ?
Isabelle Dubern-Mallevays.
Avant la pandémie, souvent 5 heures, pour prendre l’Eurostar pour Paris. Désormais, plutôt 7 heures. J’enchaîne les réunions sur Zoom.

S’il faut remonter à l’origine ?
J’ai grandi à Lyon dans une famille exigeante avec un esprit entrepreneurial à visage humain : réussir signifiait créer et partager. Je voulais voyager et devenir diplomate. Bonne élève – latin à 9 ans, bac à 16, puis Sciences Po -, me voilà à 21 ans, mariée avec un enfant, et plus si certaine de vouloir intégrer le Quai d’Orsay…

Le fil rouge de votre parcours ?
Inventer des projets de manière nouvelle et agile. À mes débuts, j’ai conçu des magazines de voyage, développé la section lifestyle de Bloomberg, à Paris. Puis j’ai fondé 10 Vendôme, société de conseil qui ouvrait les coulisses de la mode et de l’art parisien à des clients internationaux.

Qui vous a fait confiance ?
Ceux qui m’ont confié des pages blanches : Séverine Merle, qui m’a permis de créer le service de stylisme privé du Bon Marché ; Sidney Toledano et Emmanuelle Favre, qui m’ont confié la collection Dior Maison, à Londres ; Fabienne Mauny, directrice exécutive de Diptyque, marque que j’ai conseillée pour le lancement de sa première série d’objets pour la maison ; Pierre Yovanovitch et les investisseurs de The Invisible Collection, qui ont compris le modèle disruptif de notre plateforme : vendre sur Internet des meubles de grands designers, dessinés pour des chantiers privés, avec une fabrication artisanale sur mesure.

Le pitch de votre poste ?
Cofondatrice avec Anna Zaoui et Lily Froehlicher de The Invisible Collection, je travaille avec l’équipe, les décorateurs, les clients et les artisans pour affiner le modèle digital, définir la vision et la cohérence de la marque.

Des résultats à donner ici et maintenant ?
Plus de 100 décorateurs sur le site. Une équipe – quatorze femmes et un homme – entre Londres et New York. Des meubles et objets livrés sur les cinq continents. 80 % sont made in France par des artisans d’exception. Une croissance de plus de 50 % ! Le pari de notre business 100 % digital s’est révélé plus que jamais pertinent.

Un défi pour demain ?
La pandémie a accéléré notre réflexion sur la compensation carbone de nos transports, la vente de mobilier en matériaux recyclés et notre soutien aux ateliers avec, entre autres, la création d’un prix pour les jeunes artisans.

Des obstacles ?
L’immense bonheur d’avoir eu des enfants très jeune a pu être une contrainte avant de devenir une opportunité. J’ai été plus libre à des moments clés.

Votre définition de l’influence ?
Inspirer la génération de mes enfants et être inspirée par elle.

theinvisiblecollection.com

Source: Lire L’Article Complet