Borsalino : quel conflit juridique ce film a-t-il fait naître entre Jean-Paul Belmondo et Alain Delon ?

A l’occasion de la diffusion du film culte Borsalino dimanche 15 août 2021, à partir de 21h05 sur W9, Télé Star vous dévoile pourquoi ce long-métrage a entraîné un conflit entre les deux monstres sacrés du cinéma français.

Sorti au cinéma en 1970, le film désormais culte Borsalino, porté par Jean-Paul Belmondo et Alain Delon, sera rediffusé dimanche 15 août 2021, à partir de 21h05 sur W9. Réalisé par Jacques Deray, ce long-métrage se déroule à Marseille en 1930. Il met en scène le personnage de Roch Siffredi, incarné à l’écran par Alain Delon, qui est un jeune voyou récemment libéré de prison. Il rend visite au patron d’un cabaret, dit "le Danseur", pour retrouver sa compagne Lola, interprétée par Camille Clouvel, mais aussi parce qu’il est persuadé que le Danseur, joué par Christian de Tillière, l’a donné et l’a fait envoyer en prison.

Il met finalement le feu au cabaret et retrouve Lola sur les indications du Danseur, mais celle-ci s’est entichée d’un certain François Capella, un autre truand incarné par Jean-Paul Belmondo, pendant qu’il purgeait sa peine. Après une rencontre orageuse, les deux hommes deviennent amis et s’associent. Au départ, c’est Alain Delon qui a eu l’idée en 1968 d’adapter au cinéma le livre du journaliste Eugène Saccomano, baptisé Bandits à Marseille, dans un film où il partagerait l’affiche avec Jean-Paul Belmondo. Les deux acteurs s’étaient brièvement côtoyés dans une scène du film Paris brûle-t-il ?, avant de devenir chacun de leur côté des têtes d’affiche.

Jean-Paul Belmondo et Alain Delon fâchés pour une histoire de formulation contractuelle

Si le tournage de Borsalino s’est déroulé dans la bonne humeur entre les deux monstres sacrés du cinéma français, un conflit-juridique viendra entâcher le succès du long-métrage en salles, qui avait dépassé les 4 millions d’entrées lors de son exploitation sur grand écran. En fait, Jean-Paul Belmondo et Alain Delon se sont opposés au sujet d’une histoire de formulation contractuelle non respectée sur l’affiche du film. Finalement, le premier a porté l’affaire devant la justice, et a gagné son procès en 1972. La presse de l’époque utilisa justement cette mésentente pour spéculer sur la rivalité des deux stars, ce qui servit finalement le succès de Borsalino. En fin de compte, les deux acteurs se sont réconciliés, et ont même partagé l’affiche du film Une chance sur deux 28 ans plus tard, aux côtés d’une certaine Vanessa Paradis.

Source: Lire L’Article Complet