"Brigades anti-Covid" : de quoi s’agit-il et comment fonctionnent-elles ?

À partir du 1er septembre, une brigade anti-Covid patrouillera dans les rues d’Alfortville (Val-de-Marne). Son objectif ? Expliquer aux habitants l’importance de maintenir les gestes barrières et de respecter le port du masque.

Restez informée

Début juillet, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy avait donné l’alerte sur le relâchement des Français par rapport aux mesures sanitaires. Depuis, le nombre de cas de Covid-19 continue d’augmenter dans l’Hexagone. Pour rappeler l’importance des gestes barrières et du port du masque, Luc Carvounas, le maire socialiste d’Alfortville (Val-de-Marne), a décidé de créer une “brigade anti-Covid”.

Covid-19 : une brigade pour informer sur les gestes barrières

Cette brigade sera mise en place à partir du 1er septembre, comme l’a expliqué l’édile sur RTL. Sa mission ? Faire de la de pédagogie et de la prévention auprès des habitants d’Alfortville. Quatre agents contractuels patrouilleront dans les parcs, les commerces ou les rues pour informer la population sur les différentes mesures sanitaires à suivre afin de limiter la propagation de la Covid-19.

Les membres de la “brigade anti-Covid” ont été formés par la direction du centre de la santé de la ville et la police municipale. “Le rôle d’une collectivité n’est pas de taper sur la tête de ses habitants mais de les protéger et mettre des moyens en oeuvre”, a expliqué Luc Carvounas à RTL. Selon le maire, cette nouvelle mesure est coûteuse, mais “nécessaire pour faire en sorte que l’on sorte au plus vite de cette crise sanitaire”.

“Brigade anti-covid” : une autre équipe qui retrace les cas de contact

Depuis le 11 mai, une brigade sanitaire, également surnommée “brigade anti-Covid”, a été mise en place pour lutter contre la propagation du virus. Mais sa mission est bien distincte de celle de la brigade d’Alfortville. Son rôle est de “briser les chaînes de contamination” en trouvant les personnes qui ont été en contact avec les malades touchés par la Covid-19.

Les centres de “contact-tracing” travaillent avec l’Assurance maladie afin de trouver ces cas de contact. Lorsqu’une personne est testée positive au coronavirus, la “brigade anti-Covid” lui demande de lister toutes les personnes avec qui elle n’a respecté la distanciation sociale d’un mètre ou le port du masque. Les cas de contact sont ensuite appelés pour être prévenus et testés.

En moyenne, un malade contamine trois personnes. Il est possible pour le patient zéro de garder l’anonymat lorsque la brigade prévient son entourage ou les personnes avec qui il a été en contact au cours des huit derniers jours.

Source: Lire L’Article Complet