Cancer du sein : une séance de radiothérapie suffirait-elle ?

C’est ce que suggère une nouvelle étude. La radiothérapie peropératoire, réalisée directement après l’ablation de la tumeur, donne d’aussi bons résultats que le traitement classique d’environ 25 séances d’irradiation.

Restez informée

Chaque année, 54 000 femmes sont touchées par un cancer du sein. La radiothérapie est utilisée en complément d’une chirurgie conservatrice (on retire la tumeur, pas le sein), pour limiter le risque de récidive. Le traitement dure en moyenne cinq semaines, à raison d’une séance par jour, cinq jours par semaine. Il est réalisé en ambulatoire. Une autre méthode existe : elle consiste à réaliser une séance d’irradiation unique, sur la zone où la tumeur vient d’être retirer chirurgicalement. Cette technique, la radiothérapie peropératoire (RTPO), peut être proposée aux femmes présentant un cancer de bon pronostic, détecté précocement.

Des chercheurs ont comparé les deux méthodes en analysant les données de près de 2 300 femmes de plus de 45 ans. La moitié avait reçu une séance unique de radiothérapie peropératoire, l’autre un traitement classique avec plusieurs séances répartis durant 3 à 6 semaines après l’intervention.

Leurs résultats, parus dans le British Medical Journal, montrent peu de différence significative entre les deux méthodes que ce soit au niveau du taux de rechute, de la survie et même du risque de mastectomie (retrait total du sein) sur le long terme, jusqu’à 18 ans après le traitement. Or, une radiothérapie unique diminue les effets secondaires. Elle évite aussi aux femmes une fatigue et un stress supplémentaire durant les semaines de traitement qui suivent et nécessitent des allées et venues quasi quotidiennes à l’hôpital. Les chercheurs appellent médecins et patients à discuter de cette possibilité lorsqu’une chirurgie pour traiter un cancer du sein est envisagée. Pour autant, la RTBO n’est pas le traitement de référence en France. La Haute Autorité de Santé, au cours d’une évaluation rendue en 2016, a considéré que « les éléments ne sont pas actuellement réunis pour proposer une prise en charge de cette technique par l’Assurance maladie » et la systématiser donc.

A lire aussi :

⋙ La radiothérapie, ça consiste en quoi ?

⋙ Cancer du sein : on n’arrête pas le progrès

⋙ Cancer du sein : certaines vitamines réduisent l’efficacité de la chimio

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet