Cashback : j'y gagne vraiment ?

En ligne ou en magasin, les enseignes qui vous reversent une commission sur vos achats se multiplient. Mesurez ce que vous avez vraiment à y gagner.

Restez informée

Se faire rembourser 2, 4 et jusqu’à 10 % du montant de ses achats, c’est ce que propose le cashback : un système de réductions né aux Etats-Unis et développé par de nombreux sites spécialisés, comme iGraal, Poulpeo ou eBuyClub, à présent disponible également dans certains magasins. Sans oublier les programmes de quelques banques à l’intention de leurs clients. Mais pour quels bénéfices ?

Plusieurs solutions proposées en ligne

Pour profiter des remises disponibles sur internet, il est nécessaire d’ouvrir, au préalable, un compte client sur les sites et applications mobiles de cashback choisis, puis de faire ses achats dans les boutiques en ligne associées – soit de 1.600 à 2.500 enseignes, couvrant tous les secteurs (grande distribution, mode, beauté, voyage, high-tech…). Pour simplifier la démarche, les opérateurs de cashback vous suggèrent d’installer sur votre navigateur internet une extension (un petit programme), qui vous identifie chaque fois que vous faites des achats sur le site d’une enseigne partenaire.

A savoir. « Cette extension peut également fournir certains codes promotionnels donnant droit à une réduction sur vos achats« , souligne Meryem Bessières, directrice marketing de Poulpeo.

Des conditions variables

Une fois atteint un montant minimum de remises cumulées (en général de 10 ou 20 €), vous pouvez demander que cette cagnotte soit virée sur votre compte bancaire, sur votre compte Paypal, ou encore convertie en bons d’achat à dépenser chez un commerçant partenaire. Pour reverser ces gains, chaque site applique ses propres règles, prenez le temps de les lire en détail dans les conditions générales avant de faire un choix.

A savoir. Prudence, en revanche, avec les sites qui promettent des remises plus importantes, mais en échange d’un abonnement de 10 à 20 € par mois. C’est autant à déduire des réductions espérées…

En magasin également

Pour vous permettre de bénéficier des remises dans les magasins physiques des enseignes partenaires, certains opérateurs vous proposent d’utiliser des bons d’achat. « Vous les commandez avant d’aller faire vos courses et les recevez immédiatement sous forme dématérialisée, à imprimer ou à scanner. Vous les présentez pour régler en caisse (par exemple, dans les supermarchés Carrefour, Intermarché ou Casino), et le cashback correspondant est crédité sur votre cagnotte« , résume Jean-Paul Yildiz, directeur marketing digital d’eBuyClub.

A savoir. Selon les cas, ces bons d’achat sont utilisables aussi bien dans les « vraies » boutiques que sur internet, auprès des commerçants privilégiant cette solution.

Cashback automatique, un choix contraignant

Désormais, certains acteurs, comme Poulpeo et le nouveau venu Joko, versent à leurs clients un cashback calculé automatiquement sur les sommes réglées par carte bancaire. Par exemple, avec Poulpeo, vous obtiendrez 2 % de réductions sur vos courses quand vous les faites chez Franprix. Mais, pour cela, il vous sera demandé de confier vos codes d’accès bancaires à Budget Insight, une « fintech » (start-up spécialisée dans les services financiers), qui a ainsi un accès direct aux comptes des clients et peut signaler au site de cashback les paiements concernés.

A savoir. Une démarche certes simplifiée, mais qui suppose d’accorder une confiance absolue à l’opérateur financier. D’autant qu’en cas de fraude, les banques peuvent décliner toute responsabilité.

Garder ses réflexes de consommateur

Adhérer à un programme de cashback n’empêche pas le consommateur de traquer les bonnes affaires partout ailleurs, bon nombre de promotions étant de surcroît cumulables avec les ristournes des opérateurs. Et il faut surveiller régulièrement les programmes : les sites spécialisés négocient fréquemment des offres spéciales à – 20 % ou plus sur des produits de marque, mais pour des périodes très courtes, 24 à 48 heures max. Attention, toutefois, aux achats d’impulsion, encouragés par ces délais réduits. Ce n’est pas parce que c’est 20 % moins cher que vous en avez vraiment besoin…

Ce qu’il faut savoir avant de se lancer

1/ Pour adhérer à un programme de cashback, vous devez nécessairement accepter les cookies sur internet et ne pas utiliser de bloqueur de publicités.

2/ Le versement du remboursement peut être différé jusqu’à ce que vous ayez réellement utilisé la prestation réservée (un voyage, par exemple) ou que les délais de retour du ou des produits achetés soient écoulés.

3/ Sur une même enseigne, le taux de remise peut varier selon les sites, leurs conditions, les périodes… : X % de cashback au premier achat seulement, jusqu’à une certaine somme plafonnée ou, à l’inverse, au-delà d’un montant minimum de dépenses.

4/ Attendez-vous à recevoir des newsletters vantant les promotions du moment. L’intérêt du cashback pour les enseignes, c’est évidemment la publicité !

L’avis de notre expert

« Le Crédit Agricole le propose auprès de e-commerçants partenaires sur sa plateforme Malicea. A la Société Générale, le service fonctionne en ligne et en magasin, chaque fois que la carte de la banque est utilisée chez un partenaire. Le service le plus abouti est celui de LCL, CityStore, qui s’est entendu avec de nombreuses enseignes de proximité pour du cashback à la fois en ligne et en magasin. Dans cette banque, l’argent est reversé directement sur le compte bancaire. Enfin, certains établissements, comme la néobanque N26, reversent un pourcentage des paiements réalisés par carte sous forme de cashback. Dans tous les cas, la formule est réservée aux clients de l’établissement, et il faut s’inscrire pour en bénéficier.« 

Basile Duval, porte-parole de Panorabanques

A lire aussi :

⋙ Ces services et applications qui nous permettent de faire nos courses moins cher

⋙ 4 applications pour gagner de l’argent sur son smartphone

⋙ Comment gagner de l’argent facilement : nos 8 astuces et méthodes à suivre

Source: Lire L’Article Complet