Ce que les choix de photos de Une sur Elisabeth II disent de vos journaux

  • Ce vendredi 9 septembre 2022, les journaux du monde entier ont mis Elisabeth II en Une, au lendemain de sa mort à Balmoral (Ecosse).
  • Au Royaume-Uni, une demi-douzaine de quotidiens ont choisi, pour leur première, page, la même photo : celle du couronnement d’Elisabeth II, signée par Cecil Beaton en 1953. La presse quotidienne régionale française a quant à elle misé pour des photographies récentes renvoyant à la fantaisie de la reine.
  • 20 Minutes passe en revue plusieurs de ces choix de Une, dont le sien.

Le visage d’Elisabeth II est en Une des quotidiens du monde entier ce vendredi. Les rédactions sont au rendez-vous de l’histoire, conscientes de la portée de l’événement : la reine est morte jeudi à l’âge de 96 ans, mettant un point final à un règne de soixante-dix années.

« Notre cœur est brisé », pleure le Daily Mail outre-Manche. « Peine d’Angleterre », répondent ici en écho Libération et La Montagne. D’autres, le Süddeutsche Zeitung et le Tagerspiegel en Allemagne, La Stampa en Italie, La Vanguardia en Espagne ou encore le Guardian, le Financial Times et The Independant en Grande-Bretagne se contentent d’indiquer sobrement « 1926-2022 ». Le Daily Telegraph, lui, fait dans le méta en choisissant une citation de la souveraine pour résumer le deuil national : « Le chagrin est le prix à payer pour l’amour ».

Mais cette fois-ci, sans doute plus que le poids des mots, c’est le choix des photos qui attire l’attention lorsque l’on s’attelle à la revue de presse.

Le couronnement par Cecil Beaton

La photo du couronnement d'Elisabeth II, signée Cecil Beaton, à la Une de nombreux journaux britanniques.

Au moins cinq des principaux quotidiens du Royaume-Uni – The Times, The Guardian, The Independant, et le Daily Star ont opté pour la même image, signée Cecil Beaton : celle de son couronnement. Elisabeth II pose, assise, avec la couronne de Saint-Edward, emblème ultime de la monarchie britannique, et tient dans ses mains un sceptre et un orbe. Les bracelets à ses poignets symbolisent la sagesse et la sincérité.

L’image était destinée à entrer dans la postérité. La séance a eu lieu au Palais de Buckingham, après la cérémonie du couronnement, le 2 juin 1953. La nouvelle souveraine apparaît devant un décor peint représentant la chapelle Henri VII de l’abbaye de Westminster. Les journaux qui ont choisi cette image iconique pour leur Une ont voulu mettre l’accent sur les attributs royaux, la solennité de sa fonction et la dimension historique de la reine.

Le style écossais

En Ecosse, deux journaux, deux ambiances.

En Ecosse, où Elisabeth II est décédée, The Herald déploie sur une pleine page une photographie à la grande théâtralité prise par Julian Calder, en 2010, à Balmoral. Le cliché rappelle les toiles romantiques du XIXe siècle. La reine est debout, dans la bruyère, près d’un ruisseau, sous un ciel nuageux. Elle porte la robe verte de l’Ordre du chardon. C’est la reine d’Ecosse que le quotidien célèbre par cette Une ce vendredi.

The National, qui se targue, en slogan, d’être « le journal qui soutient l’Ecosse indépendante », ne pouvait évidemment pas faire le même choix d’illustration. Il a ainsi préféré montrer la reine dans un contexte plus simple et intimiste, sur le domaine de château de Balmoral. Elle a été immortalisée, au côté de deux chiens, par Lisa Sheridan, en septembre 1952, presque un an avant son couronnement…

Elegance et charisme

Time Magazine et Libération ont opté pour ces photos prises par Cecil Beaton en 1968.

Le magazine américain Time, comme Libération, ont choisi des photos extraites de l’ultime séance de Cecile Beaton avec Elisabeth II. Elle avait accepté de poser pour lui, en 1968, alors qu’il préparait une exposition à la National Portrait Gallery. « Les difficultés sont imposantes. Nos points de vue, nos goûts sont si différents. Le résultat est un compromis entre deux personnes et le hasard joue un grand rôle », écrivait alors le photographe à son journal intime.

Les photos se distinguent par leur simplicité. Débarrassée de ses attributs de reine et vêtue d’un manteau amiral, la souveraine se tient droite, devant un fond monochrome, tantôt bleu, tantôt blanc. Cette épure souligne l’élégance et le charisme de la reine.

Mamie chapeau

La Voix du Nord, Le Télégramme de Brest, La Dépêche du Midi et Sud Ouest, mettent en avant les fantaisies vestimentaires de la reine.

La majorité des quotidiens régionaux français ont fait un choix radicalement différent. En mettant leur Unes côte à côte, on obtient un patchwork de couleurs. C’est la reine des vingt dernières années, tout en chapeaux originaux et fantaisie vestimentaire qui est ainsi célébrée. Cela correspond sans doute à l’image d’Elisabeth II dans l’imaginaire collectif français. Celle des pages people, du folklore royal britannique, de la figure iconoclaste.

Le choix de « 20 Minutes »

A 20 Minutes, c’est une photo du reporter photo Toby Melville, prise au Parlement de Londres en 2007, que nous avons choisi.

London Bridge is down. Téléchargez le journal @20Minutes en avant-première en cliquant ici https://t.co/vdzyGZKlZa pic.twitter.com/cqpi8WGlxU

Illustration

L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires

Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.

Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

« On a opté pour une photo de la reine de dos pour symboliser le départ, tout en gardant une dimension majestueuse avec la couronne, explique Olivier Juszczak, le journaliste responsable de la photo. Le fait qu’elle ne soit pas de face laisse au lecteur la liberté de choisir l’image qu’il veut garder de la reine. »

Source: Lire L’Article Complet