Ce que l'on sait du tir mortel de l'acteur Alec Baldwin sur le tournage du western "Rust"

L’enquête de police se poursuit pour faire la lumière sur la mort d’Halyna Hutchins, directrice de la photographie du film Rust, et la blessure par balle du réalisateur, Joel Souza. Tous deux ont été touchés par balle lors du tournage de ce western, dans l’Etat du Nouveau-Mexique (sud-ouest des Etats-Unis), jeudi 21 octobre. Selon les premiers éléments de l’enquête, un tir d’arme à feu déclenché par l’acteur américain Alec Baldwin est en cause. Franceinfo fait le point sur cette affaire. 

Le tir a fait deux victimes, dont une mortelle

Les faits remontent donc à jeudi, dans le ranch Bonanza Creek, un site de tournage de westerns situé en périphérie de Santa Fe (Nouveau-Mexique). Un appel aux services de secours a été passé vers 13 heures pour signaler qu’un membre de l’équipe du film avait été la cible d’un tir. Selon un rapport d’enquête préliminaire, cité par l’AFP, Halyna Hutchins, 42 ans et directrice de la photographie du long-métrage, a été touchée au torse par un tir d’arme supposée factice, déclenchée par l’acteur Alec Baldwin. Le réalisateur du film, Joel Souza, qui se tenait près d’elle a, lui, été touché à l’épaule par la même arme.

Après avoir été transportée à l’hôpital, Halyna Hutchins est morte de ses blessures le même jour. Le réalisateur Joel Souza, qui est toujours en convalescence, s’est dit samedi « anéanti par la perte de (son) amie et collègue », dans un communiqué transmis au site Deadline*. Quant à Alec Baldwin, il s’est exprimé sur Twitter le lendemain du drame, après avoir été interrogé, puis libéré par la police.

« Je n’ai pas de mots pour exprimer mon choc et ma tristesse au regard du tragique accident qui a pris la vie d’Halyna Hutchins, une femme, une mère et une collègue admirée. Je coopère totalement avec les enquêteurs pour comprendre ce qu’il s’est produit », clame l‘acteur âgé de 63 ans, connu pour de nombreux rôles au cinéma et dans l’émission satirique « Saturday Night Live ». 

Le mari d’Halyna Hutchins a publié sur Twitter un hommage louant « la passion et la vision » de sa femme décédée, décrite comme une étoile montante du cinéma américain. « Notre perte est énorme, et nous demandons aux médias de respecter l’intimité familiale », a-t-il notamment écrit, joignant une photo de sa femme avec leur jeune fils. Dans un autre message, Matt Hutchins a appelé aux dons pour soutenir la bourse créée par l’Institut du film américain en mémoire de sa femme*, à destination des jeunes femmes voulant travailler dans le cinéma.

Deux membres de l’équipe au cœur de l’enquête

Une question revient en boucle désormais : comment l’arme a-t-elle pu être chargée à balles réelles ? Pour le savoir, le bureau du shérif du comté de Santa Fe examine de près le rôle de l’armurière de cinéma Hannah Gutierrez Reed, âgée de 24 ans. Selon le rapport, c’est elle qui avait préparé l’arme à feu avec laquelle l’acteur a tiré le coup fatal. Elle l’avait placée sur un chariot avec deux autres armes. 

L’assistant-réalisateur, Dave Halls, décrit comme un professionnel expérimenté, avait ensuite tendu cette arme à Alec Baldwin lors d’une séance de répétition d’une scène du film, l’informant qu’elle était « froide », c’est-à-dire non chargée d’une balle réelle. D’après le bureau du shérif, l’assistant ne « savait pas que l’arme était chargée à balles réelles »Après le coup de feu mortel, l’armurière s’est vu confier l’arme et a collecté la cartouche usagée, avant de les remettre aux policiers à leur arrivée, précise le rapport d’enquête préliminaire.

Aucune poursuite pour l’instant

Alec Baldwin est resté en liberté après avoir été interrogé, la thèse de l’accident semblant être privilégiée par les enquêteurs. Dans la nuit de vendredi à samedi, le comédien a aussi retweeté un article de Variety dont le titre indique qu’il avait été « informé que l’arme-accessoire était sûre avant le tir fatal », sans y ajouter de commentaire.

Aucune poursuite n’a pour l’instant été engagée, a précisé vendredi un porte-parole du shérif. Un mandat de perquisition a été délivré par un juge, autorisant les forces de l’ordre à saisir le matériel lié au tournage ainsi que les armes et munitions utilisées comme accessoires, tout comme les habits portés par l’acteur et le reste de l’équipe lors du drame.

Des tensions évoquées sur le tournage

L’appel téléphonique d’une membre de l’équipe au numéro d’urgence des services de secours (911), relayé par France 2 et diffusé par les tabloïds britannique The Sun* ou américain TMZ*, semble confirmer l’existence de tensions sur le tournage du film, sans que cela n’ait, pour l’instant, été mis en lien avec une quelconque négligence. La personne (non identifiée) qui a appelé les services de secours juste après le drame a elle botté en touche lorsque l’opératrice l’a questionnée sur la présence de balles réelles dans l’arme. « Je ne peux pas vous dire, l’entend-on bredouiller. Et cet enfoiré d’assistant-réalisateur qui m’a crié dessus au déjeuner, (…) il est censé vérifier les armes, il est responsable de ce qui se passe sur le plateau. »

Six membres de l’équipe technique du film avaient par ailleurs décidé de quitter le plateau quelques heures avant le tir mortel, selon les informations du Los Angeles Times*, pour protester contre leurs conditions de travail et de sécurité, relatives notamment aux armes présentes sur les lieux du tournage.

* Tous ces liens renvoient vers des articles ou des contenus en langue anglaise

Source: Lire L’Article Complet