Comment savoir si un médicament est photosensibilisant ?

Boutons, rougeurs, démangeaisons… Sous l’action du soleil, certains médicaments entraînent des réactions de la peau. Comment identifier ces médicaments et comment éviter ces effets ?

Restez informée

Médicaments et soleil ne font pas toujours bon ménage. Certaines substances sont en effet dites « photosensibilisantes ». Cela signifie qu’elles provoquent des réactions cutanées comme des rougeurs, des boutons, des plaques, des colorations ou des démangeaisons en cas d’exposition au soleil pendant le traitement.

Pour savoir si un médicament est photosensibilisant, regardez bien sa boîte. Ils sont tous identifiables par un pictogramme rouge en triangle, contenant un soleil et un nuage. La notice du médicament le précisera aussi en toutes lettres.

Photoallergie ou phototoxicité

Deux types de réactions de photosensibilisation existent : la photoallergie et la phototoxicité. Si le médicament est photoallergique, la réaction provoque des lésions qui ressemblent à de l’eczéma ou de l’urticaire. Tout le corps est concerné, même les parties qui n’ont pas été exposées au soleil.

S’il est phototoxique, le médicament cause quelques heures après une exposition au soleil une réaction cutanée qui ressemble à un coup de soleil, mais exagérée par rapport au niveau d’exposition. La zone concernée est uniquement la zone qui a été exposée au soleil.

Quels médicaments sont photosensibilisants ?

Les principaux traitements photosensibilisants sont les suivants :

– Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) en comprimés, en gel ou en pommade

– Les antibiotiques (fluoroquinolones, quinolones, sulfamides, tétracyclines, polymyxines)

– Les médicaments antiallergiques en crème

– Les médicaments anticancéreux utilisés en chimiothérapie

– Les médicaments contre les troubles du rythme cardiaque, comme l’amiodarone

– Les crèmes anti-acnéiques à base d’adapalène, d’isotrétinoïne ou de peroxyde de benzoyle

– Les anxiolytiques

– Les antidépresseurs

– Les antiépileptiques

– Les statines, utilisées contre l’excès de cholestérol
– Les diurétiques (sulfamide et triamtérène)

– Les antiparasitaires comme les antipaludéens (chloroquine et hydroxychloroquine)
– Les médicaments antiacides de la famille des IPP (omeprazole, pantoprazole…)

– Les antidiabétiques oraux (glimépiride ou glibenclamide)

Quelles précautions prendre ?

Si vous prenez l’un de ces médicaments, ne vous exposez pas au soleil (ni aux sources d’UV artificiels bien sûr). Évitez de sortir aux heures les plus ensoleillées de la journée, protégez-vous avec une crème solaire d’indice 50 à renouveler toutes les deux heures, portez des vêtements couvrants et un chapeau.

Réactions au soleil : les médicaments pas seuls concernés

Enfin, sachez que d’autres substances que les médicaments peuvent provoquer des réactions au soleil. C’est le cas de certains parfums, des huiles essentielles, de la citronnelle, du baume du Pérou ou encore des déodorants qui contiennent du triclosan.

Source: Lire L’Article Complet