Covid-19 : la plupart des traitements sont inefficaces face au variant Omicron

Dans un communiqué publié mercredi 5 janvier, L’Agence nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) rappelle que « trois traitements à base d’anticorps monoclonaux font l’objet d’une autorisation en accès précoce pour la prise en charge des personnes à haut risque de forme grave de la maladie Covid-19 » en France. 

Mais avec l’arrivée du variant Omicron, l’autorité de santé souhaite repréciser l’activité connue à ce jour de ces derniers, et leurs nouvelles conditions d’utilisation en curatif et en prophylaxie (ensemble de moyens médicaux mis en œuvre pour empêcher l’apparition, l’aggravation ou l’extension des maladies, NDLR).

Seul l’Evusheld se révèle efficace contre Omicron

Ainsi, l’utilisation du Ronapreve (casirivimab/imdevimab) de Roche/Regeneron « demeure possible en curatif chez les patients infectés par le variant Delta », mais ne doit pas être administré en présence du variant Omicron.

En ce qui concerne l’association bamlanivimab et etesivimab de Lilly, son activité est « non optimale sur le variant Delta et inactif sur le variant Omicron. » L’ANSM précise par ailleurs que son autorisation temporaire d’utilisation est suspendue depuis le 31 décembre 2021. Celle du bamlanivimab (seul), qui n’était plus utilisé depuis la mise à disposition des combinaisons d’anticorps a, quant à elle, été définitivement clôturée. »

Seul l’Evusheld (tixagévimab/cilgavimab) d’AstraZeneca « peut être utilisé dans cette indication en raison de la présence désormais majoritaire du variant Omicron dans la population. »

  • Que se passe-t-il dans le corps quand on est positif à la Covid-19 ?
  • Vaccin Covid-19 : quel délai entre les doses ?

Source: Lire L’Article Complet