Covid-19 : l’école peut-elle refuser d’accueillir votre enfant s’il présente les symptômes d’un rhume ?

Depuis la rentrée scolaire, les cabinets médicaux reçoivent de nombreux enfants qui présentent des symptômes évocateurs du coronavirus. Un certificat médical d’un médecin est donc nécessaire pour qu’un élève symptomatique retourne à l’école. Cependant, certaines manifestations de la Covid-19 sont similaires à celles du rhume.

Restez informée

Port du masque dès 11 ans, gestes barrières, distanciation sociale… Depuis presque quinze jours, les élèves français doivent respecter rigoureusement le protocole sanitaire mis en place par le gouvernement pour diminuer la circulation de la Covid-19.

À l’approche de l’automne, les enfants sont plus susceptibles d’attraper un rhume bénin qui se caractérise par des écoulements nasaux, des éternuements ainsi que parfois de la fièvre et des maux de tête. Des manifestations également évocatrices du coronavirus.

Résultat : depuis la rentrée scolaire, les cabinets médicaux sont assaillis par des parents accompagnés de leurs enfants qui présentent une toux ou des écoulements nasaux. Le lundi 7 septembre, SOS Médecins Dunkerque a ainsi constaté une forte hausse des consultations pour les enfants. Par rapport au lundi précédent, les médecins ont ausculté cinq fois plus d’enfants : “On a terminé à minuit et demi, avec un enfant de 8 ans qui avait un rhume”, a confié le docteur Thierry Mraovic à nos confrères du Monde.

Covid-19 : en cas de symptômes évocateurs, l’enfant ne doit pas se rendre à l’école

Face à ce phénomène, de nombreux parents s’interrogent : l’école peut-elle refuser l’accès à un enfant sur la base de ces symptômes ? Théoriquement oui. Mais selon la Société française de pédiatrie, une toux ou une rhinite ne permet pas d’exclure un élève de moins de six ans de son école. “Les symptômes justifiant l’exclusion transitoire de la collectivité de ces enfants, et potentiellement une PCR, doivent inclure au moins un des 3 items suivants : fièvre (supérieure à) 38°, gêne respiratoire, troubles digestifs significatifs (plusieurs selles liquides et au moins deux vomissements)”, explique-t-elle à BFMTV.

Cependant, le ministère de l’Education nationale en appelle à la responsabilité des parents en cette période d’épidémie de coronavirus : “En cas de symptômes évocateurs de la Covid-19 ou de fièvre (38°C ou plus), l’enfant ne doit pas se rendre à l’école et les parents prennent avis auprès du médecin traitant qui décide des mesures à prendre”.

Les cas contacts sont placés en isolement

Que se passe-t-il si un élève présente des symptômes évocateurs tels que de la toux, de la fièvre, des maux de gorge, de la fatigue, des courbatures, des diarrhées ou des pertes du goût et de l’odorat, lorsqu’il est déjà dans l’établissement ? Il est immédiatement placé en isolement.

“L’établissement prévient alors la famille pour qu’elle vienne chercher l’enfant et rappelle la procédure à suivre : rester à domicile, éviter les contacts, consulter un médecin qui décide de l’opportunité du dépistage. L’élève ne peut revenir à l’école ou dans l’établissement qu’après avis médical ou à défaut après 14 jours”, explique le ministère de l’Éducation nationale dans un document publié sur sa plateforme en ligne.

Concernant les cas contacts, les chefs des établissements scolaires ont également reçu des règles strictes à suivre. Un enfant identifié comme cas contact doit rester à la maison et éviter son entourage.

Source: Lire L’Article Complet