Covid-19 : les bracelets connectés, efficaces pour prédire la maladie précocement ?

Et si la technologie pouvait contribuer à la prévention et à la détection des nouveaux cas de coronavirus ? Selon une étude menée par le fabricant américain d’objets connectés Fitbit, les bracelets connectés pourrait prédire la Covid-19 avant la survenue des premiers symptômes. Comment ces objets intelligents parviennent-ils à déceler les signes avant-coureurs de la maladie ? Explications.

Restez informée

Alors que le coronavirus continue de circuler et toucher de plein fouet la quasi-totalité du globe, de nombreux pays ont décidé d’avoir recours aux technologies et aux innovations, qui se multiplient depuis le début de la pandémie, pour limiter la propagation de la Covid-19. Certains utilisent des applications pour rompre les chaînes de transmission ou des patchs connectés pour identifier les premiers signes d’infection. D’autres se servent de caméras pour veiller au respect de la distanciation sociale ou pour contrôler le port du masque.

Parmi toutes ces technologies utilisées pour faire face à la Covid-19, on retrouve également les bracelets connectés. Habituellement, ces objets intelligents sont utilisés par les sportifs car ils mesurent leur distance parcourue, le nombre de pas effectué dans une journée, les calories brûlées, le rythme cardiaque et même la qualité du sommeil. Mais ces bracelets connectés pourraient également être utiles pour lutter contre le coronavirus.

Détecter la Covid-19 grâce aux variations des rythmes cardiaques et respiratoires

D’après une étude menée par le fabricant américain de bracelets connectés Fitbit, ces appareils pourraient prédire le coronavirus précocement. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont réalisé un sondage, du 21 mai au 14 juillet dernier. Au total, 10.000 utilisateurs des bracelets de la marque ont participé à cette enquête et 1.181 d’entre eux avaient contracté la Covid-19 et avaient été testés positifs au virus par test PCR.

“Nous avons envisagé deux approches pour détecter la Covid-19 : une technique basée sur les signes physiologiques. Tout d’abord, nous avons formé un classificateur de “régression logistique” pour prédire la nécessité d’une hospitalisation des patients atteints de Covid-19 en fonction des symptômes ressentis, de l’âge, du sexe et de l’IMC. Ensuite, nous avons formé un classificateur de réseau neuronal pour prédire si une personne est malade un jour donné, compte tenu des données sur le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire et la variabilité du rythme cardiaque du jour et des quatre jours précédents”, détaille l’étude.

Les bracelets connectés pour faciliter la détection plus précoce du coronavirus

Les chercheurs ont constaté que le rythme cardiaque au repos et la fréquence respiratoire des participants présentant des symptômes du coronavirus étaient généralement élevés, tandis que les variations de leur rythme cardiaque étaient réduites.

Selon les résultats de l’étude, ces signes se manifestaient près d’une semaine avant que les participants présentaient les symptômes les plus fréquents de la maladie, à savoir la fatigue, la toux, des maux de tête, des douleurs corporelles ou une perte du goût et de l’odorat. Quant à la fièvre, 54,8 % des personnes ayant contracté le coronavirus ont déclaré avoir souffert de ce symptôme.

Les auteurs ont aussi signalé que 47,2 % des malades se sont remis de la Covid-19 seuls à la maison, 33,2 % se sont rétablis chez eux avec l’aide d’une autre personne et 8,16 % des patients atteints de la Covid-19 ont dû être hospitalisés sans assistance respiratoire et 0,448 % ont été mis sous respiration artificielle.

“Ces paramètres peuvent contribuer à un diagnostic précoce et au suivi de l’évolution de la maladie”, indiquent les chercheurs. Cependant, les résultats de cette étude présentent des limites. Et pour cause, ils représentent uniquement les utilisateurs habituels des bracelets connectés d’une seule marque. Certains scientifiques signalent également que de nombreuses personnes peuvent ne pas accepter d’utiliser ces objets intelligents car ils sont relativement chers.

Source: Lire L’Article Complet