Covid-19 : peut-on atteindre l’immunité collective grâce au vaccin ? Cette petite ville a réussi

Une petite ville brésilienne est parvenue à contrôler l’épidémie de Covid-19 en vaccinant 75 % de sa population. Tandis que le pays est confronté à une situation sanitaire particulièrement inquiétante, la mortalité a chuté de 95 % dans cette ville. Explications.

Restez informée

En France, la campagne vaccinale s’accélère : dès le 15 juin prochain, les adolescents de 12 à 18 ans pourront bénéficier du sérum anti-Covid-19. Le but ? Avancer sur le chemin de l’immunité collective. “On a besoin que les jeunes personnes aient envie de se faire vacciner parce qu’il faudrait que 80 % de la population soit vaccinée pour qu’on atteigne cette immunité de population qui permettrait donc d’empêcher presque complètement la circulation du virus”, a expliqué sur France Info Marie-Paule Kieny, vaccinologue et présidente du Comité scientifique vaccin Covid-19.

L’immunité collective correspond à “la protection indirecte contre une maladie infectieuse qui s’obtient lorsqu’une population est immunisée soit par la vaccination soit par une infection antérieure”, peut-on lire sur le site de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Si l’objectif des 80 % de la population protégée pourrait être atteint en France d’ici la fin de l’été grâce à la vaccination selon certains experts, cette immunité collective est déjà une réalité ailleurs. Dans une petite ville brésilien où les trois quarts des habitants ont été vaccinés, la mortalité a chuté de 95 %.

Immunité collective : une expérience concluante menée au Brésil

468.000. C’est le nombre de décès imputés à la l’épidémie de Covid-19 au Brésil. Dans ce contexte inquiétant, une expérience a été menée par l’institut brésilien Butantan, qui produit au Brésil le vaccin Coronavac mis au point par la société chinoise Sinovac Biotech.

Cette expérience, baptisée “Projet S”, s’est déroulée dans la ville de Serrana, qui compte 45.000 habitants et qui se situe dans l’État de Sao Paulo. En l’espace de quatre mois, 75 % de la population de plus de 18 ans a été vaccinée et l’épidémie a pu être contrôlée : la ville a enregistré une baisse de 95 % des décès imputés à la Covid-19.

Pour les besoins de leur expérience, les scientifiques ont divisé la ville en quatre zones. L’objectif ? Essayer de comprendre quel était le seuil permettant de contenir la propagation du virus. Ils ont constaté qu’elle était contrôlée après que trois zones aient reçu la deuxième dose de vaccin anti-Covid-19. Le nombre de cas symptomatiques a chuté de 80 %, les hospitalisations de 86 % et les décès de 95 %.

L’épidémie controlée grâce à la vaccination de 75 % des habitants

Quel enseignement peut-on tirer de cette expérience ? “Le résultat le plus important est que nous pouvons contrôler la pandémie sans avoir à vacciner l’ensemble de la population”, a expliqué Ricardo Palacios, directeur de la recherche à Butantan.

Autre constatation : selon Ricardo Palacios le vaccin s’est également révélé efficace contre le variant B.1.1.28 ou P1, plus connu sous le nom de “variant brésilien” et désormais baptisé “Gamma”, notamment responsable de la situation sanitaire préoccupante au Brésil.

A lire aussi :

⋙ Immunité collective : comment l’atteindre pour endiguer l’épidémie de Covid-19 ?

⋙ Vaccination des adolescents : qui est concerné, comment cela va se passer ? Les précisions d’Olivier Véran

⋙ Covid-19 : malgré la vaccination, le Royaume-Uni est-il en train de subir une troisième vague ?

Source: Lire L’Article Complet